Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 16:26


Un travail de Charlotte Adjemian (TL)

En quoi a consisté la guerre du Golfe ? Quelles en ont été les conséquences ?

 

La guerre du Golfe est le synonyme de la guerre pour l’or noir.

Dans ce conflit le monde entier s’engage, principalement les Américains qui luttent contre la « menace Irakienne ».

 

Tout commence en août 1990, lorsque l’Irak dirigé par le dictateur Saddam Hussein envahit le Koweït qui était autrefois une terre Irakienne, mais qui, après la colonisation, a été rendu libre par les Britanniques. Les Irakiens vont au Koweït sous prétexte « d’aider à la mise en place d’un gouvernement provisoire » mais en réalité Saddam Hussein et de l’émir Koweïtien Jaber al Sabah se disputent les droits du pétrole. En effet, Saddam Hussein souhaite augmenter le prix du pétrole pour faire plus de bénéfices, et notamment pour financer la guerre Irak/Iran qui se déroule alors. Les troupes de Saddam Hussein  s’installent au Koweït et proclament que le Koweït leur appartient donc avec ses ressources.

 

 L’ONU sentant une menace gronder, ordonne à l’Irak de retirer ses troupes du territoire koweïtien. Mais les Irakiens refusent d’obtempérer, alors les alliés ( Etats-Unis, France, Egypte, Arabie Saoudite et Grande Bretagne principalement), se préparent à une intervention, cette opération défensive est nommé « Bouclier du désert » .  Elle consiste aussi à protéger l’Arabie Saoudite d’une éventuelle menace pour ses puits. Les soldats passeront un temps fou à attendre dans le désert … Tout s’enchaine alors très vite.

 

 Dans le monde entier les finances s’effondrent pendant que le prix du pétrole augmente. On redoute le début des conflits, mais tout le monde est conscient d’être à l’aube d’une nouvelle guerre qui ne peut plus être évitée (10 janvier 1991 ).

Les Irakiens se s’équipent chimiquement pendant que les Américains attendent l’ordre d’attaquer après près de 6 mois d’attente dans le désert …

Le 17 janvier 1991 est lancé l’opération « Tempête du désert », dirigée par le commandant général américain H. Schwarzkopf après l‘expiration de l‘ultimatum posé par l‘ONU pour l‘Irak. Commence alors les bombardements…

 

On a retrouvé le journal d’un Irakien qui a écrit dans la nuit du  jeudi 17 janvier 91:

  « Dis: il ne nous arrive que ce que Dieu a décidé pour nous.

Dieu a dit la vérité. ( verset du Coran).

Ce matin, à  2h45, j’ai entendu des bruits d’avions de combat. Quelques secondes plus tard, la garde est entrée en me disant d’une voix teintée de prudence, de peur et de consternation: "Mon lieutenant, mon lieutenant, il se peut que ce soit
un largage". Je me suis habillé en vitesse et j'ai su alors que
l'agression américaine et atlantique avait commencé contre notre
territoire et que la guerre avait commencé... C'est la guerre... avec tout
ce que ce mot sous-entend. Après cela, les avions ennemis ont
commencé leur bombardement intensif sur l'aérodrome que nous
devions défendre et qui se trouve à As-Salman, dans la province de
Almatna.
Comme je suis inquiet ! Je suis plutôt très inquiet pour mes parents...
Ils sont seuls là-bas... et je sais combien ils ont peur...
O Dieu ! Protège-les.
O Dieu ! Patience.
O Dieu ! Le salut pour tous. »

 

Les alliés coupent Bagdad du reste du monde, en en prenant le contrôle et en neutralisant les forces Irakiennes. Les Irakiens subissent de grosses pertes : « L’Opération Tempête du désert a causé d’énormes pertes aux Irakiens- plus de cent mille morts-, auxquelles s’ajoute la répression des insurrections kurdes et chiites, plus sanglante encore que la guerre elle-même! » - (livre: Les conflits du proche orient-) les irakiens ripostent aux attaques aériennes et aux bombardements des américains, en attaquant l’état d’Israël. Et pour éviter que la guerre ne dégénère en conflit pire qu’il n’est, le président Bush demande a Israël de ne pas riposter aux attaques et mène une contre-attaque avec des missiles et des commandos.

 

Mi-février l’Irak décide de se retirer du Koweït après avoir perdu trop d’hommes et de matériels. La situation de l’Irak est alors délicate car l’ONU place le pays sous embargo ce qui provoque une tragédie pour le pays qui était bien développé (en avance technologiquement et socialement sur les autres pays du Moyen-Orient), mais qui sombre dans la crise humanitaire (famine). Crise qui sera aggravée  par le conflit Iran/Irak qui perdure.

Cet embargo est décidé pour empêcher le pays de se reconstruire, et d’acquérir de nouveaux  matériels militaires mais aussi pour contrôler le commerce du pays et le cout du pétrole.

Cette guerre  a eu non seulement des répercutions sur les hommes mais aussi sur le système écologique. En effet, les pertes humaines ont été très lourdes: environs 100 000 soldats Irakiens morts et enter 40 000 & 80 000 civils tués.

Cependant, il y a aussi les morts liés à la guerre pour cause de ne pas avoir eu assez de moyens médicaux et certaines maladies mentales dues à cette guerre due à son traumatisme, ce qui a entrainé chez certaines personnes des problèmes respiratoire, due aux fuites de gaz. Il y a eu aussi de nombreux cancers et des naissances d’enfants malformés.


Mais il y a aussi eu un impact sur la faune et la flore: entre 6 & 8 millions de barils de pétrole ont été jetés dans le Golfe persique: c’est la plus grosse marrée noire jamais connue.
N’oublions pas les incendies de près de 600 puits de pétrole ce qui a généré des nuages de suie, de gaz chimique qui a touché la population.

 

 

Finalement, après près de 10 ans d’embargo, c’est une autre guerre qui commence… Celle contre le terrorisme (toujours entre les Américains et les Irakiens notamment avec la destruction des Tours Jumelles en 2001)…

 

Sinon pour les cinéphile je conseille le film Jarhead qui raconte l’opération « Bouclier du désert » du coté Américain et un peu de l’opération « Tempête du désert ».

 

Sources :

http://guerredugolfe.free.fr/

encarta :

livre : "Les conflits du Proche Orient" par François Massoulé, édition Casterman Giunti


                                    ------------------------------------------------------

Un bon travail qui aborde un évenement qui est le premier véritable conflit post guerre-foide.

Au passage, on parle de cette guerre comme de la première ou de la seconde Guerre du Golfe (Persique), si on considère la guerre Iran-Irak comme la première.

C'est à partir de cette guerre et du triomphe apparent de la coallition menée par les Eats-Unis qu'apparait l'idée d'un "Nouvel Ordre Mondial" qui doit permettre la victoire du droit et de l'ONU dans les relations internationales.

Pourquoi Saddam Hussein a t-il décidé de s'emparer du petit Koweit ? Bien sûr historiquement, l'émirat est une ancienne province irakienne perdue au moment de l'indépendance, mais surtout l'Irak espère grâce au pétrole koweitien éponger les énormes dettes contractées lors de sa guerre avec l'Iran de 1980 à 1985. Considérant qu'il a défendu l'Occident et le monde arabe contre la menace iranienne, il estime que personne ne viendra lui contester la "récupération" de la 19ème province.



Il se trompe lourdement, l'invasion du Koweït émeut et les pays arabes voisins comme les Etats-Unis s'inquiètent de voir l'Irak s'emparer ainsi de presque 10% des réserves de pétrole mondiale. C'est aussi l'occasion de lancer l'idée d'une guerre du droit. Il faut dire que l'Union Soviétique qui vit ses derniers mois n'est plus en état de venir s'opposer à l'opération "tempête du désert". Le président Georges Herbert Bush (le père de George W. Bush) lance donc l'idée d'une grande coalition dirigée par l'ONU et dont les Etats-Unis serait le bras armés pour restaurer le Koweït dans son droit.

"Maintenant nous voyons apparaître un nouvel ordre mondial [...]. Un monde où les Nations unies, libérées de l'impasse de la guerre froide, sont en mesure de réaliser la vision historique de leurs fondateurs. Un monde dans lequel la liberté et les droits de l'homme sont respectés par toutes les nations [...]. Ce soir, en Irak, Saddam Hussein marche parmi les ruines, sa machine de guerre écrasée [...]. Le Koweït est libre, les États-Unis et leurs alliés ont réussi le premier test de l'après-guerre froide sur la voie d'un nouvel ordre international."
George Herbert Bush, président des États-Unis (1989-1993), Discours au Congrès (extraits), 6 mars 1991. (pour retrouver l'ensemble du discours sur le site de Mr Augris )

Le président Bush rendant visite aux troupes américaines stationnées en Arabie Saoudite

C'est aussi une guerre d'un nouveau genre où le contrôle des images et l'utilisation des médias est primordiale. La télé se passionne pour cette opération et les chaînes d'info continues 24h/24 sont abreuvées d'images spectaculaires mais soigneusement contrôlées par l'état-major. Notamment C.N.N., une des première chaîne d'info 24h/24 américaine sur laquelle on peut suivre le conflit en temps réel. Les américains ne tiennent pas à renouveler l'erreur de la guerre du Vietnam où les journalistes, laissés à eux-mêmes, avaient pu découvrir la réalité des horreurs du conflit et en informer l'opinion. Cette fois-ci les journalistes sont soigneusement guidés par des officiers chargés de la communication, qui veillent à ce que la presse reflète la version officielle du conflit. Beaucoup de ces journalistes reconnaîtrons par la suite que, fascinés par cette organisation militaire, ils n'ont pas toujours fait marcher leur esprit critique et ont relayé la vision de la coalition
 .

Il faut aussi avouer que c'est une guerre très télégénique qui apparait sur les écrans. Un conflit étrange et presque irréel, avec ses "frappes chirurgicales", enregistrée par les caméras vidéos des bombardiers, avec ces bombes bourrés d'electronique et qui sont présentés comme capable de toucher leur cible au centimètre prêt. Il y a aussi ces images fantomatiques tir de missiles qui zèbrent le ciel, la nuit, surtout vues au travers du filtre vert ou orange des lunettes de vision nocturne. une chanson de Jean Leloup, 1990, revient avec humour sur cette guerre étrange vue par les téléspectateurs de l'époque.

Dans les deux camps la propagande joue à plein. L'armée irakienne est vendue à l'opinion comme "la quatrième armée du monde", bardée d'armes de destruction massive. Saddam Hussein, pourtant laïque convaincu retrouve soudain des accents religieux pour appeler les musulmans du monde entier à venir l'aider à se defendre contre l'agression occidentale.


La psychose se développe en Occident, notamment lorsque les premiers missiles irakiens "Scud" tombent sur Israël. On craint une attaque au gaz de combat ou des attentats en Europe. En France on redoute la pénurie, notamment d'essence, et stations services et supermarchés sont pris d'assaut par des consommateurs qui veulent faire des stocks. De nombreux touristes et travailleurs  occidentaux dans la région sont retenus en otage par le régime irakien qui espère ainsi dissuader les bombardements de la coalition.

Un tract largué par avion pour inciter les soldats irakiens à déserter pour rejoindre la coalition

C'est pourquoi la briéveté des combats et la rapidité avec laquelle l'armée irakienne est vaincue surprend tout le monde, mais il faut avouer que la disproportion des forces en présence est telle que la prétendue "quatrième armée du monde", mal préparée et équipée ne peut rien faire contre la puissance de feu occidentale. Le conflit, bien que rapide, laisse une région en ruine ravagée par les marrées noires et les puits de pétrole en feu.



Une fois les troupes de Saddam Hussein chassées du Koweit, le trouble grandit en Irak même, en effet les opposants, notamment kurdes et chiites, espèrent que la coalition va venir les aider à renverser le dictateur. Celle-ci encourage d'ailleurs la révolte avec l'espoir de se débarasser définitivement de Saddam Hussein. Un espoir vite déçu car l'opération "tempête du désert" n'autorise qu'à libérer le Koweït, pas à poursuivre la guerre sur le territoire irakien. La répression qui s'abat  sur ceux qui osent remettre en cause la domination du "Raïs" est terrible, celui-ci utilisant notamment des gaz de combats pour réduire les révoltes populaires. Les contradictions de cette nouvelle guerre du droit commencent à apparaître.

Saddam Hussein reste au pouvoir et peux donc continuer à diriger son pays d'une main de fer alors que George Bush Sr est battu aux elections de 1993 par Bill Clinton. L'embargo, paradoxalement, le renforce même, l'état irakien étant le seul à pouvoir contrôler et organiser la distribution de vivres dans le pays.

Jusqu'à l'intervention de 2003, sur fond de guerre contre le terrorisme, mais ça Hayette nous en reparlera...



Une courte vidéo (en anglais) qui permet de visualiser quelques images de cette guerre moderne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Le nouveau désordre mondial
commenter cet article

commentaires

JOJO 13/04/2017 08:27

coucou moi c'est JOJO .j'ai touvé sujet interessan et très vilain pour les arabe qui ont crever les pauvres ...

Guillaume 22/03/2009 11:32

Article très intéressant, toutefois quelques fautes d'orthogrpahe mais surtout de syntaxe empêchent d'apprécier pleinement le travail de Charlotte !

Mr Tribouilloy 22/03/2009 23:11


Effectivement, pris par le temps j'ai laissé dans le texte original un certain nombre de fautes. Je les ai corrigé sans altérer le sens original du travail de Charlotte. De même j'ai retouché
le mien, un peu écrit au fil de la plume où subsistait quelques phrases un peu bancale.