Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 07:14
Le Danemark  a décidé d'expérimenter  la possibilité pour les lycéens qui passent l'équivalent du bac d'utiliser internet pendant l'épreuve. Ce projet qui n'est encore qu'expérimental devrait aboutir à une généralisation en 2011.

Si le projet peut étonner au premier abord, il faut bien voir qu'il s'inscrit dans un mouvement général qui vise à moins évaluer les connaissances théoriques que les savoirs-faire. Après l'introduction des calculatrices graphiques en maths et en physique, des tableaux comptables en gestion comptabilité et des chronologies dans les compositions d'Histoire cela semble une évolution cohérente.

Reste à empecher la triche avec cette méthode et là je suis beaucoup plus dubitatif malgré les bonnes paroles des promoteurs du projet
Depuis quelque temps l'usage de l'informatique et des nouveaux réseaux sociaux (facebook, twitter) est devenu un des savoirs-faire indispensables au citoyen du XXIème siècle. L'Angleterre vient de le mettre à égalité avec les maths et la littérature

Bon, si le principe peut-être interessant, il est pour l'instant inenvisageable en France. En tout cas pas à Vizille avec notre réseau HARP qui plante une fois sur deux et des ordinateurs antédiluviens qui tournent encore pour certains sous Windows 95. De plus la fracture numérique reste importante chez les élèves, l'absence quasi totale de formation chez les professeurs et la nature même des épreuves du bac ( vu le nombre de cartes ou de compositions toutes faites qui trainent sur le net, y compris ici) ne permettent pas d'essayer chez nous pour l'instant.

Toutefois, si on peux passer son bac chez soi et ainsi économiser sur les frais d'organisation de l'examen, cela peut interesser nos responsables à la recherche constante d'économies budgétaires.



 

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Pédagogie
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 00:21

On le craignait depuis quelques temps mais une circulaire du ministère de l'Education Nationale confirme ce qui se murmurait un peu partout. Le taux de réussite au bac cette année va être drastiquement revu à la baisse en raison de la crise financière et économique qui touche le monde à l'heure actuelle.

Mr Xavier Darcos, notre ministre l'a confirmé avec un certain fatalisme dans un entretien accordé hier soir à France 2 : il va être impossible de conserver un taux de réussite global d'environ 85 % à l'examen.
" Il ne faut pas se voiler la face, avec les difficultés financières actuelles, des économies sur les budgets de fonctionnement des institutions publiques sont devenues indispensables. L'Education Nationale, comme tous les autres ministères ne pourra pas échapper à cet effort. Réduire les coûts engendrés par la massification du baccalauréat est une piste que nous explorons désormais. En effet le coût moyen de la scolarité d'un étudiant est largement supérieure à celle d''un lycéen. En l'état actuel du financement des universités, il nous faut reconsidérer l'idée d'envoyer autant de lycéens dans le Supérieur. Il vaut mieux se recentrer sur un taux de réussite avoisinant seulement 50 % dans les filières générales et 40 % en section technologique, pour pouvoir financer au mieux un système universitaire de qualité répondant aux exigences d'une économie moderne. Et de toute façon avec l'augmentation massive du chômage induit par la tourmente financière, il serait inconscient d'envoyer autant de monde aussi vite sur le marché du travail. "

Concrètement, les instructions qui ont été envoyées aux chefs d'établissement font état d'un relèvement général de la moyenne d'admission aux épreuves écrites du premier groupe. Celle-ci passerait à 12, une note globale de 10 devenant la barre d'admissibilité à l'oral de rattrapage. Des consignes de sévérité accrues ont aussi été transmises aux futurs correcteurs pour permettre d'accorder les résultats aux objectifs d'économie demandés. Le but étant de réduire cette année l'admission au bac à un candidat sur deux, notamment dans les filières L et ES, jugées moins immédiatement utiles dans la compétition économique mondiale.

Il s'agit au passage de permettre d'introduire plus facilement la future reforme du lycée qui doit faire passer la scolarité au lycée de trois à quatre ans avec une terminale désormais en deux années.

Vous pouvez consulter ici la circulaire ministérielle qui détaile les nouvelles consignes de réduction des admissions au bac.

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Pédagogie
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 23:48

Après le primaire et le collège, Mr Xavier Darcos, notre ministre, continue son œuvre de démolit… euh de reforme du système scolaire en lançant quelques ballons d’essais autour de la future réforme des lycées qui doit être entamée dès la rentrée prochaine. Comme d’habitude, rien n’est officiel mais on laisse fuiter les informations de manière à tester les réactions sur ces projets.

 

Le mot d’ordre de cette reforme semble être "assouplissement". Moins d’heures, plus de choix dans les matières et les options, la possibilité pour l’élève de construire un enseignement à la carte.

Hélas, sous l’apparence de l’assouplissement se cache surtout une réduction des horaires et donc de postes (car les économies dans la fonction publique sont la priorité absolue de ce gouvernement et il y a fort à parier qu'avec la crise financière où l’on doit renflouer notre système bancaire ne va pas arranger les caisses) avec au passage forcément une simplification des programmes

 

La réforme du lycée, prétend donc permettre l'émergence d'un lycée plus souple et une plus grande autonomie des lycéens. Le volume horaire par semaine doit tomber à 27 heures mais par contre on ne touche pas au calendrier général parfaitement aberrant (notamment ces deux mois d’été) et davantage dictés par les impératifs du ministère du tourisme que par le bien être des élèves.

 

Autre nouveauté: l'année se divisera en semestres et non plus en trimestres. Comme en université, le lycéen devra choisir dix-huit modules par an. Un bien beau casse tête à mettre en place en moins d’un an. En seconde, les matières dureront trois heures chacune (soit donc pour l’histoire –géo 1h élève en moins et 2 heures profs en moins): les mathématiques, le français, deux langues vivantes, l'éducation sportive et l'histoire géographie resteront indispensables. Physique, SVT, Education civiques deviennent facultatives. L'élève devra compléter ce tronc commun par des modules "d'exploration" (matières artistiques, scientifiques ou technologiques) et d’accompagnement (soutien individualisée).

 

Puis en 2010 et 2011 ce sera la reforme des premières et les terminales avec là encore un tronc commun  et des modules d’exploration et d’accompagnement. Surprise, l’histoire géo et les maths ne sont pas dans le premier projet de tronc commun. On parle par contre du droit et de la philo dès la première. Les filières actuelles (L/ES/S/STI/STT) jugées trop contraignantes sont remplacées par des dominantes humanité et arts, sciences de la société, sciences, technologies. Comment ça, on dirait les anciennes filières dont on aurait juste changé le nom. Mais puisqu’on vous dit que ça change !

 

Ce n’est pas que les professeurs soient hostiles par principe aux reformes, il y a pas mal de choses intéressantes dans ce projet notamment autour de l’accompagnement et de l’autonomie des élèves.

 

Mais annoncée dans une telle précipitation et dans un flou aussi artistique, cette réforme a de quoi faire peur. Certains syndicats ont déjà quittés la table de négociation. De plus, malgré les dénégations et les paroles bienveillantes, les postes de professeurs vont continuer à se réduire comme c’est déjà le cas à Vizille (notamment 1/2 poste en histoire) et comme dans toute la France. 11200 postes en moins l’année dernière, 13500 annoncés à la rentrée prochaine. Et puis on charge encore la barque pour les professeurs. Beaucoup de classes à petits horaires ou à la carte donc pleins de programmes différents et d’aides individualisées à préparer dans l’urgence (on ne les connaît pas encore) des tas de copies et d’heures de conseils de classe en plus. Surcharge de travail non payée bien entendu puisque ce n’est qu’un réaménagement de notre service.

Le Journal du dimanche rapporte cette phrase révélatrice d’un conseiller du ministre :
"La réforme se veut au service des élèves, elle n'est pas motivée par des questions budgétaires, réplique un proche de Xavier Darcos. Cela dit, si l'on peut en même temps réformer et réduire les coûts..."

L'avis très drôle de Jean-Christophe Diedrich sur la question.

Pour ma part j’en profite au passage pour saluer et souhaiter un prompt rétablissement au proviseur du lycée Louise Michel de Grenoble, violemment frappé par une bande de jeunes imbéciles, extérieurs à l’établissement qui s’était lancé le pari idiot de le traverser en mobylette. En voulant empêcher cela, il a été roué de coup par une poignée d’individus et a du être conduit à l’hôpital. Mr Darcos a fait le déplacement ce matin pour apporter son soutien à la communauté scolaire de Louise Michel.

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Pédagogie
commenter cet article
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 12:26
Nous avons évoqué en début de semaine l'étonnant travail de recherche de Bruno Suchaut autour de la notation au bac. Très opportunement d'ailleurs, puisqu'une commission du Sénat planche dans la plus grande discrétion envisageant notamment de réduire le nombre d'épreuve et de faire passer le bac en 2 ans (comment ça c'est déjà le cas avec le bac de français en première ? On nous dit jamais rien !). Pour revenir au rapport Suchaut, nous avions notamment pointé l'absence de protocoles d'expérimentation : relevant qu'il n'expliquait jamais comment il a conçu et réalisé son expérience, qui étaient ces profs correcteurs, quelles instructions et consignes avaient-ils reçus etc...

Il semblerait qu'un certain nombre de participants à cette expérience pédagogique n'aient pas apprécié la façon dont leur travail a été utilisé et selon eux, quasiment détourné. Ils ont rédigé une lettre ouverte particulièrement virulante au président de l'université de Bourgogne où Bruno Suchaut enseigne. 

Pour en résumer les principales accusations, l'expérience a eu lieu dans le cadre d'un stage organisé par d'autres sur l'évaluation des notes, où on a donné des copies "à l'aveugle" à des enseignants pour qu'ils puissent comparer leurs pratiques. Le tout fait dans des conditions qui n'ont rien à voir avec l'épreuve puisqu'il n' y a eu ni barême ni grille d'évaluation qui sont la base de la correction du bac.

Bruno Suchaut se défend de toute provocation ou instrumentalisation à des fins politiques dans une interview (qui botte pas mal en touche) au Web Pédagogique.

Quelque chose me dit qu'on n'a pas fini de parler de cette histoire...
Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Pédagogie
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 17:05

Mes chers élèves, pendant que vous planchez sur le bac blanc, je peux enfin vous révéler la terrible vérité : vous êtes notés n’importe comment. Vous le soupçonniez depuis longtemps, mais il est temps de tout déballer : les écarts de notes sur une même copie peuvent aller jusqu’à 11 points .

 

C’est ce que nous annonce en tout cas une étude réalisé par Bruno Suchaut, un chercheur en Sciences de l’Education de l’université de Dijon dans une étude au titre volontairement provocateur : «La loterie des notes au bac» qui après avoir soumis trois copies de Sciences Economiques et Sociales à 66 correcteurs de 2 académies aboutit à des écarts de notes spectaculaires.

bac1.jpg

 

Les conclusions d’une telle étude sont sans appel : il faut supprimer la notation, spécificité française passéiste et inégalitaire, mettre des QCM à la place des devoirs notés et au passage supprimer aussi le bac, examen dépassé et surtout coûteux.

Bigre.
 

En ces temps de réformes en gestation et de rapports d’experts sur l’enseignement, voilà qui va probablement faire beaucoup parler. Déjà le Figaro et Europe 1 en font leurs gros titres. D’autant que la perspective de supprimer le bac est un serpent de mer qui revient régulièrement. Pourtant à y regarder de plus près, cette étude, qui n’est pas très originale ni scientifiquement très solide ( les protocoles de l'expérience ne sont pas clairement expliqués) montre aussi les limites d’un tel raisonnement.

Le rapport complet


 

brunosuchaut.jpgD’abord, l’étude menée par Bruno Suchaut n’a pas découvert l’eau chaude. Des dizaines d’études comparables existent déjà, les premières datant des années 30. Elles aboutissent toutes aux mêmes conclusions : les notes peuvent varier selon les correcteurs dans des proportions importantes. Comme Suchaut le révèle lui-même, Cette expérimentation ne fait que confirmer les conclusions bien connues des recherches antérieures sur la question des aléas de la notation. Pourquoi la refaire une fois de plus alors, en enfonçant au passage pas mal de portes ouvertes ? Pour justifier la suppression du bac et de la notation. Des notions très en vogue en ce moment pour ceux qui rèvent de grandes économies budgétaires et de privatisation de l'école.

 070608063255.w3ksn0nf1_bac-2007--evolution-du-nombre-de-candidats---reparb.jpg

Le système scolaire français ne s'appuie pas uniquement sur le savoir quantifiable à coup de questions fermées et de QCM, mais sur la formation des élèves au raisonnement, à l’esprit critique, à la curiosité etc… Les matières littéraires et les sciences humaines dépendant de critères forcement subjectifs de compréhension, d’expression et de raisonnement ne peuvent pas reposer uniquement que sur des barèmes rigides. Même les matières scientifiques, obligatoirement plus attachées à des résultats quantifiables et mesurables peuvent être aussi l’objet de contestations liées à l’appréciation de la démonstration. Et puis bonne chance pour noter les arts plastiques avec un QCM ! Et heureusement que pour les non-athlètes, on ne note pas que des résultats chronométrés bruts en EPS mais qu’on tienne aussi compte de la constance de l’effort ou du respect des règles.

De plus à y regarder de près, l’étude montre que sur l'ensemble du groupe-témoin, la variation des notes n’est pas si élevée que cela et que sauf exception spectaculaire ponctuelle  la hiérarchie entre les copies est généralement respectée (1 avait été jugée de bon niveau et deux plutôt moyennes). Effectivement, mais on le savait déjà, ce sont surtout les copies moyennes qui posent problème. Une très mauvaise ou une très bonne copie est vite repérée. Ce sont celles qui tournent mollement autour de la moyenne qui peuvent être le plus sujet à l’indulgence ou à la sévérité du correcteur.
anciens-eleves.jpgLe contrôle continu au bac serait-il la solution. Possible. Toutefois il convient d’être là très prudent car il retire au baccalauréat sa vertu essentielle : l’anonymat. De nombreuses études l’ont montré les notes pendant l’année peuvent être l’objet d’un à priori souvent inconscient de l’enseignant. Ainsi les filles semblent bénéficier d’un regard favorable et les élèves agités mêmes bons, d’une tendance à être légèrement pénalisés. On ne sera plus « saqué » au bac mais « catalogué » pendant l’année…

De plus contrairement à ce que l’on croit, vu de l’extérieur, les correcteurs du bac sont surveillés et doivent fournir en cours de correction une moyenne de leurs notes pour éviter toute bizarrerie par rapport aux objectifs officiels. Et puis les consignes sont claires, les taux de réussite doivent tourner à 80 %.

La double correction pourrait être une solution pour rééquilibrer le processus mais elle est économiquement trop chère. C’est la même raison qui explique que les coûteux examens oraux d’histoire en STG aient été remplacés par des épreuves écrites. Supprimer l’examen national du bac c’est faire de sacrées économies. La question financière même si on n’en parle pas trop ouvertement est au cœur des réformes actuelles. Il n’y a plus d’argent dans les caisses alors il faut trouver le moyen de s’en sortir tout en économisant des crédits…

Ce rapport pose la question de fond de la suppression des notes, rendues responsables par leur aspect traumatisant de l’échec supposé de l’école à la française. Soyons clair, je pense que l’aspect souvent contraignant de la notation sur 20 peut être effectivement parfois pesant. Ce système est peut-être mal adapté pour certains élèves. Mais malgré tout, l’école républicaine fonctionne encore relativement bien pour une bonne partie d'entre-eux  jusqu’au bac. Beaucoup d’élèves issus de quartiers difficiles continuent toujours à s’en sortir justement grâce aux notations à la française.
 dess5.jpg

 

Evidemment restent des élèves qui ne s’insèrent pas dans ce moule pédagogique contraignant. Qui s’enferment dans une dynamique d’échec parce qu’ils considèrent qu’à cause des « sales notes », ils ne s’en sortiront jamais. C’est là que doit se porter la priorité de la remédiation, mais ça veut dire, faire des efforts notamment pour payer et de donner de vrais moyens à des professeurs expérimentés qui vont faire « le sale boulot » que personne ne veut faire et qui est généralement laissé aux débutants: les élèves en échec souvent concentrés dans les quartiers difficiles.

Ensuite, si les notes ne sanctionnent plus le travail, comment juger celui-ci. Même si la notation est profondément imparfaite, j’ai tendance à me méfier de cette tentation à la mode qui consiste à vouloir supprimer tout jugement de l’élève par l’équipe pédagogique. La sélection se fait alors plus sournoisement et plus tard. Sur le marché du travail par exemple. Le système privatisé américain ou anglais où la sélection se fait non par le mérite mais par la possibilité financière de rentrer dans telle ou telle école prestigieuse est-elle souhaitable chez nous (même si elle est déjà largement en route dans le supérieur ) ? Les résultats de ces pays en termes d’éducation sont souvent moins brillants que les nôtres. 

Les pays asiatiques, eux, Corée et Japon en tête, ont mis en place une éducation basée sur un travail forcené sanctionné non par des notes mais par des concours avec classement. Le résultat final c’est qu’à niveau de classe égal ils trustent les premières places dans les listes de niveau d’aptitude des élèves. Au passage, ils ont aussi la palme du nombre de suicides chez les adolescents…

L’exemple finlandais dont on nous rebat les oreilles, où notes et redoublements ont été supprimés et où l’épanouissement de l’élève a été placé au coeur de l’éducation est bien joli, mais la Finlande, ce n’est pas la France : le pays est globalement homogène, les différences économiques y sont moins marquées que chez nous, l’immigration inexistante et l’esprit civique notamment dans les élites beaucoup plus développé. Le contraire des problèmes que la France, l’Allemagne ou l’Italie, dont les systèmes scolaires sont montrés du doigt, ont à gérer. Ces pays ont des situations sociales et économiques bien différentes pour assurer l’égalité des chances.  Et les finlandais eux-mêmes commencent à s’apercevoir que leur système tant vanté a aussi ses ratés

Certes notre système craque par endroit, mais il reste encore performant. Toutefois nous ne pourrons pas nous passer d’une remise à plat de la finalité même de cet examen national.  Mais pour le remplacer par quoi ? Et puis pour quoi faire ? Pourquoi absolument vouloir que tout le monde ait le bac ? Pour avoir 70% d’échec en première année de fac ? Pour avoir une société de surdiplômés qui doivent accepter stages et petits boulots mal payés faute d’avoir le piston pour trouver une place par copinage ? Le taux de recrutement des enfants des classes populaires voire moyennes dans les grandes écoles ne cesse de diminuer. Jamais depuis l'ancien régime le taux de reproduction des élites n'a été aussi élevé. Prochaine étape, supprimons la licence puis le master puis le doctorat. Plus de notes, plus de diplomes, comme cela nous serons tous égaux devant les agences d'intérim.

Dans une société qui ne se donne plus les moyens de mettre en avant ses meilleurs éléments par une vraie méritocracie, c'est l'argent ou les relations qui permettent à chacun de réussir.
Doit-on appliquer chez nous la dissolution du bac parce que tout le monde ne réussit pas à l’avoir ? Ou au contraire parce qu'il est devenu si facile que tout le monde l'a ? (parce que cette étude n'en est pas à une contradiction près). Reste encore à proposer quelque chose d'un peu plus construit que des QCM. 

En effet, la toute fin de ces recherches nous livre le fond de la pensée du l'universitaire : « Faire le deuil de la notation, renvoie aussi à changer plus globalement la vision de la finalité de l’acte d’enseignement. Un changement en la matière obligerait à revoir totalement les mécanismes de sélection, d’orientation et de certification des élèves, mais aussi au quotidien le regard que porte l’enseignant sur l’élève.» . Vaste programme. Noble dans les intentions mais difficilement applicable dans la réalité. Suchaut reste prudent à ce sujet et élude le problème: si on supprime les notes, que fait-on à la place pour réactualiser ces mécanismes de sélection qui sont, quoi qu'on en dise, incontournables dans notre société moderne ?

Sur ce, je vous souhaite quand même de bonnes notes au bac blanc…

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Pédagogie
commenter cet article
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 19:17

Hier lundi 22 octobre, les instructions ministérielles nous ont enjoint de lire en classe la lettre d’adieu à sa famille de Guy Môquet, jeune militant communiste arrêté pour avoir distribué des tracts puis fusillé le 22 octobre 1941 avec 26 autres otages

 
Guy-Moquet432.jpg                                           Source R.F.I.
 
 

 

 
A Vizille, nous nous sommes posés la question. Devions nous oui ou non lire cette lettre en classe. Certains de mes collègues s’y sont refusés prenant comme principe que cet événement décidé par le pouvoir politique de façon unilatérale est une forme très nette d’instrumentalisation de l’Histoire à des fins idéologiques. D’ailleurs la plupart des régimes totalitaires se sont employés à réécrire et à faire apprendre l’histoire à leur sauce. En France l’une des dernières fois où les élèves devaient tout arrêter pour écouter religieusement des discours en classe n’est autre que le régime de Vichy, lorsque le Maréchal Pétain passait à la radio.
 

C’est pourquoi face à cette commémoration imposée d'en haut, il convient de rester prudent. Surtout que cela s'inscrit dans un problème plus large. Même si elles entendent lutter contre des falsifications historiques, les volontés de dicter l’Histoire par les politiques voir par la justice sont dangereuses. Depuis la loi Gayssot criminalisant la négation de la Shoah, on a vu apparaître des tentatives d’encadrer l’Histoire avec des garde-fous qui transforment notre passé en une sorte de vérité révélée que l’on doit accepter sans discussion: l’esclavage, le génocide arménien, la colonisation, les crimes du parti communiste ont été l’objet de polémiques interprétatives non dénuées d’arrière pensée politiciennes.

 
En outre et pour en revenir au document proprement dit, sortir la lettre de son contexte et la lire comme une incantation est à la fois profondément faux et dangereux. Surtout qu'à la lecture on n'apprend pas grand chose, celle-ci est surtout chargée d’émotion. Elle reste la lettre personnelle d'un gamin qui va mourrir et non celle d'un militant à l'engagement marqué. Bref, elle est poignante mais ne nous apprend rien et peut-être récupérée par n'importe qui et interprétée à toutes les sauces. Mais ne vivons nous pas une époque où l'émotion prime sur la raison ? 
 

Cependant, d’un autre côté, le refus de se plier aux exigences de notre autorité de tutelle démocratiquement élue n’est elle pas aussi une forme d’utilisation abusive de notre pouvoir d'enseignant pour refuser ce qui apparaît, non comme une leçon d’histoire, mais comme une commémoration, c'est-à-dire un moment de recueillement qui nous réunit au-delà du simple fait historique. Si on commence comme ça qu'est ce qui nous interdit dès lors de ne plus fêter le  1er mai au nom des crimes du communisme, le  8 mai à cause des bombardements de Dresde et d'Hiroshima ou le 14 juillet au nom des ambiguités révolutionnaires (le fait que l'on soit en vacances le 14 juillet ? Bon d'accord...).

N'est ce pas aussi une façon un peu déguisée de refuser le verdict des urnes (quoique j'ai eu l'écho que dans un autre établissement (privé celui là) de l'agglomération grenobloise, un professeur aurait refusé de lire la lettre au motif que son auteur étant communiste, cela glorifierait une idéologie par ailleurs responsable de millions de morts). Ceux qui se drapent dans la vertu d’une Histoire pure et éloignée des contingences politiques oublient que bien au contraire notre enseignement est éminemment politique. Après tout il suffit de regarder l’ensemble de nos programmes scolaires pour voir que ceux-ci obéissent à des choix idéologiques et moraux. La mise en avant systématique du développement durable  par exemple, ou la place préponderante de l'UE dans le programme de 1ère (quoique remise en question par nos inspecteurs depuis cette année) ou rien, que dans notre programme de T S, la sacralisation de la Vème république parée de toutes les vertus d’efficacité en oubliant au passage la IVème forcément bancale et transitoire…

C’est pourquoi j’ai préféré lire cette lettre à mes classes de premières et de terminale L mais en les accompagnant d'autres documents sur le même thème et en initiant une véritable discussion remettant le texte dans son contexte, en en expliquant les limites, la polémique et surtout en les liant à la cérémonie (prévue bien avant cette question) qui va avoir lieu jeudi à 16h30 pour inaugurer deux des salles de l’internat aux noms de Yvonne Bontoux et Jean Marcel Champon, deux résistants locaux.

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Pédagogie
commenter cet article