Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 20:15


Un travail réalisé par Elodie Gauthier et Guillaume Delaubert (TSSI)

Mars.jpgMarcher sur Mars a toujours été un rêve. Après la conquête de la Lune, celle de Mars devient un enjeu majeur des Etats-Unis. L’espace représente une interface essentielle dans les relations internationales, y compris dans une éventuelle guerre moderne.


L’exploration de Mars a déjà été engagée à la fin des années 90. La NASA lance en 1996 le premier robot sur Mars (c’est la mission Pathfinder), et en 1999, une sonde qui cartographie la planète. Ces appareils font état d’une planète chaude et humide, mais qui ne présente pas d’eau à l’état liquide. A l’aube du 21ème siècle, trois missions ont été menées dans le but de mieux connaître Mars : des sondes en orbite et des robots ont révélé que de l’eau liquide avait existé à la surface de Mars.

 
Un nouveau projet, Mars Direct, a été lancé par la NASA dans le but d’envoyer un équipage humain sur Mars. L’ingénieur Robert Zubrin propose d’envoyer tout d’abord un module automatique destiné à produire les différents éléments nécessaires à la vie humaine sur la planète rouge, et au retour de l’équipage sur Terre. Une unité d’habitat sur Mars y serait ensuite envoyée (6 mois de voyage avec escale sur la Lune) avec un équipage de 4 à 6 personnes.

L-Espace--enjeu-de-la-guerre-moderne.jpg

Guerre moderne vue de l’espace, considéré comme lieu de relations internationales.

Ce projet est représentatif de la superpuissance américaine. Le montant de cette mission est de 30 à 35 milliards de dollars. Un projet de cette envergure nécessite des technologies de pointe, découvertes à ce jour, mais maitrisées uniquement par les Etats-Unis. Ils bénéficient d’une industrie efficace qui produit à moindre coût des technologies avancées. R Zubrin propose que cette entreprise soit menée non pas par la NASA, agence gouvernementale, mais par des industries privées. Les grands groupes américains sont très dynamiques et prêts à investir beaucoup dans ce genre de projet. Un super prix de 20 milliards de dollars serait versé à l'organisme privé qui réussirait l'atterrissage sur Mars d'un équipage en le ramenant vivant après la mission.

Mars-Colonisation.jpgReprésentation artistique de la conquête par l’Homme de Mars( base futuriste, on remarque le logo de la NASA inscrit sur la façade )
Enfin, cette mission susciterait l’intérêt du monde entier, et ne ferait que réaffirmer le prestige des Etats-Unis. Ils espèrent ainsi relancer une coopération internationale autour d’un projet important, tout en apportant un nouveau témoin de leur suprématie financière et diplomatique.

--------------------

Un article intéressant quoiqu'un peu succint sur la question. Il est dommage que l'on n'y trouve ni sources, ni sites de référence précis. c'est ainsi que les images restent terriblement peu précise quand à ce qu'elle décrivent réellement.

Pour en savoir plus sur le programme martien américain, on peut aller visiter le site de la NASA avec des photographies et des vidéos de la planête rouge ainsi que les étapes du programme. Comme cette question anime tout un tas de passionnés d'astronomie dans le monde, on ne manque pas de données et de sites qui s'y intéressent. Le réseau martien par exemple fait le point sur tout ce qui touche la planête rouge.

undefined

La mission telle que la Nasa commence à l'envisager: 30 mois de voyage tout de même (source :le réseau martien.)


Les américains envisagent notamment pour 2020 la construction d'une base lunaire où l'absence d'atmosphère et la faiblesse de la gravité permettrait de faciliter l'envoi de "gros cargo" sur Mars. C'est un budget gigantesque qui doit être mis sur la table ce qui en ces temps de crise économique est plutôt surprenant. Pourtant l'aspect politique d'une telle opération est évidente. Jusqu'à présent seuls les américains ont réussi à poser le pied sur notre satellite marquant à l'époque leur supériorité technique pendant la guerre froide. De nos jours l'enjeu politique, s'il n'est plus le même, reste quand même important. Un impact intérieur tout d'abord, en effet, le président Bush  a besoin de redorer un peu son image et de faire rêver une nation américaine engluée dans deux guerres exterieures et où les difficultés internes révélées par l'Ouragan Katrina et la crise économique actuelle ont mis à mal le moral du pays.
De même la NASA qui stagne technologiquement depuis les accidents mortels de 2 de ses navettes spatiales cherche à se redonner un nouveau souffle.

C'est d'autant plus facile que personne ne peut rivaliser avec elle pour l'instant dans ce domaine.L'alliance (sous la direction américaine) semble être le meilleur moyen d'arriver à un tel résultat. Les russes sont techniquement au point mort depuis 20 ans, les européens qui ont pourtant la technologie n'ont même pas été fichus de se mettre d'accord et surtout de mettre l'argent sur la table pour envoyer un homme dans l'espace, se contentant de capitaliser sur la réussite financière qu'est Ariane. Il existe bien un vague projet Aurora d'envoi d'européens sur Mars pour 2030, mais il ne rencontre guère d''écho. Quand aux chinois, même s'ils mettent les bouchées doubles pour des raisons de prestige à la conquête spatiale, ils viennent tout juste d'envoyer leur premier taikonaute dans l'espace.

Certains observateurs voient même dans cette annonce un moyen pour les Etats-Unis de pousser la Chine à engloutir des sommes colossales pour rattraper son retard, ce qui pourrait freiner son essor économique. N'oublions pas que dans les années 80, les américains avait lancé l'dée de l'Initiative de Defense Spatiale, un réseau de satellites équipés de lasers et capables de détruire des fusées nucléaires en vol. Les soviétiques s'étaient littérallement ruinés à essayer de faire la même chose. Et ce projet qui
en définitive ne vit jamais le jour contribua néanmoins à l'effondrement du système soviétique. Georges Bush qui a déjà par le passé tenté de brandir le projet d'un nouveau réseau de satellites antimissiles, aurait-il avec son projet pharaonique l'intension de pousser la Chine à la faillite ?

Le budget calculé par les spécialistes tournerait à 600 milliards de dollars (alors que la NASA fonctionne avec une ligne budgétaire de 12 milliards de dollars par an) alors que le remplacement des navettes spatiales dont la technologie a montré ses limites après l'accident de Columbia en 2003 n'est pas encore fait. Mais cette manne financiére pourrait aussi profiter à toutes les entreprises qui travaillent en sous traitance pour la NASA et permettre par le biais de cette subvention déguisée de relancer l'économie américaine essoufflée. Pour compléter, un excellent article sur le sujet.
 
Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Etats-Unis
commenter cet article
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 23:26
Un travail réalisé par Hector Goy et Hugo Tessier (TSSI)

Historique de la peine de mort :
 
400px-Death-penalty-2006-fr.svg.jpg
 
La peine de mort a été réinstaurée après avoir été suspendue pendant une petite dizaine d’années (de 1967 à 1976). Elle avait été suspendue après avoir été déclarée comme " cruelle et inhumaine " par la Cour Suprême car violant le 8e amendement de la Constitution des États-Unis, qui interdit les châtiments cruels ou disproportionnés. Elle n’a été restaurée que dans 38 états sur 50 aux Etats-Unis.
 
En 2001 les Etats-Unis ont dépassé le seuil de 700 exécutés.
En 2005 la peine de mort a été abolie pour les mineurs de moins de 15 ans au moment des faits car jugée comme inconstitutionnelle par la Cour Suprême des Etats-Unis.

Une vidéo est intéressante a ce sujet :

(Note du professeur :Au sujet de cette vidéo, la personne interwievée est Robert Badinter ancien ministre de la justice qui abolit la peine de mort en France en 1981 et qui rappelle qu'en France, pendant très longtemps la population fut aussi favorable à la peine capitale. Nous en reparlerons quand nous aborderons l'histoire de notre pays.)

Les Etats et la peine de mort :
 
Aux Etats-Unis 37 états à ce jour ont rétabli la peine de mort et 12 l'ont abolie à savoir l’Alaska, Dakota du Nord, Hawaii, Iowa, Maine, Massachusetts, Michigan, Minnesota, Rhodes Island, Vermont, Virginie occidentale, Wisconsin et un 13e les a rejoint en 2007 à savoir le New Jersey.
 
Sur 38 états ayant rétabli la peine de mort depuis 1976 seuls 34 ont également repris les exécutions.
 
Depuis 1976 ces 34 états ont exécuté 1089 hommes (chiffre jusqu’au 1er janvier 2008 car aucun chiffre plus récent) et 10 femmes.
 
Seuls 3 états ayant rétabli la peine de mort n’ont pas eu d'exécution à savoir le Kansas, le New Hampshire et New York.
 
À savoir que l’Etat du Texas avec 345 exécutions est le "premier" loin devant les autres suivi de la Virginie avec seulement 94 exécutions
 
800px-Death-penalty-statutes-in-the-United-States.svg.png


Carte du statut de la peine de mort par état aux Etats-Unis  (Carte Wikipédia)

Bleu: Pas de peine de mort

Orange: Peine de mort déclarée anticonstitutionnelle (La cour suprême du Kansas a déclaré que la peine de mort est constitutionnelle par un vote le 26 juin 2006.)

Vert: Pas d'éxécution depuis 1976

Rouge: Ont procédé a des éxécutions depuis 1976

  

Les méthodes d'éxécution :
 
 
Aux Etats-Unis cinq méthodes étaient utilisées: l’injection létale est la principale (avec plus de 804 victimes, elle est utilisée dans les 37 Etats), suivie de la chaise électrique avec plus de 104 victimes (9 états donnent le choix entre l’injection et la chaise, seul le Nebraska utilise uniquement ce mode d’exécution) ; Trois ne sont plus utilisées pour mettre fin à la vie, les méthodes de la chambre à gaz le peloton d'exécution et la pendaison ont fait par le passé respectivement 11, 2 et 3 ééxécutions.

Fin 2007, les éxécutions par injection létale sont suspendues dans l'attente d'une décision de la Cour suprême sur leur constitutionnalité.

L'opinion publique américaine et la peine de mort

Une Etude menée en 1994 démontre que 66% de la population américaine est favorable à la peine de mort. Une deuxième étude menée en mai 2004 révèle que si l'on donne le choix aux personnes interrogées, elles sont 50% à préférer la peine de mort à la prison à vie sans possibilité de remise de peine.(Article issu de la révolte)
 
Question : Si vous aviez le choix entre la prison à vie sans possibilité de réduction de peine et la peine de mort, vous choisiriez :
 
- 50% la peine de mort
 
- 46% la détention à perpétuité sans remise de peine
 
- 4% sans opinion
 
Ceci révèle la mentalité de violence présente aux États-Unis ainsi que des conditions déplorables de vie en prison, qui sont surpeuplées.
G56531746979662.jpgLa ligne verte :Ce film est fondé sur les souvenirs d'un ancien gardien de prison. Celui-ci devait veiller au bon déroulement des exécutions capitales.
 
Parmi les condamnés Edgecomb nous raconte l'histoire de Coffey, condamné pour avoir soit disant violé et tué deux fillettes. Edgecomb ne croit pas que Coffey soit coupable, il découvrira même qu'il est guérisseur. Ce film retrace bien la vie des condamnés jusqu'au moment de l'exécution.
 
Ce film a reçu 4 nominations aux Oscars 2000, et une au Golden Globes.
 
 
122334654.jpgPrison Break : Aujourd'hui des séries comme Prison Break qui retracent la vie de détenus condamnés à mort, nous montre les difficultés qu'ils peuvent rencontrer. Les conditions de vie dans les prisons Américaines sont remises en cause dans cette série. 
Cette série dénonce aussi toute la corruption qui s'est installée dans le gouvernement Américain.

Beaucoup de livres sont sur le marché à ce jour au sujet de la peine de mort. C'est un sujet qui fait couler beaucoup d'encre:
-L'Abolition (Robert Badinter)
-L'Exécution (Robert Badinter)
-Le dernier jour d'un condamné (Victor Hugo)
-La peine de mort aux Etats-unis
-Réflexion sur la peine capitale (Arthur Koeslter)


sources :  Wikipedia / Revolte.org / Les dossiers du net 
 

 

 

----------------


Un travail qui m'est arrivé davantage sous forme d'un brouillon que d'un article prêt à être publié. Les phrases étaient parfois jetées en vrac au fur et à mesure de vos recherches comme si vous aviez écrit les choses en même temps que vous les collectiez. S'il y a bien un plan dans votre article, tout le travail de mise en forme manque. Par exemple, à chaque phrase de votre travail original, vous vous contentiez d'aller à la ligne. J'ai dû en effet non seulement corriger un nombre important de fautes (notamment d'accords) mais aussi réécrire de façon correcte une grande partie du texte.

Sur le fond, c'est une présentation intéressante de cette peine de mort qui illustre au passage l'indépendance réelle de chaque état de l'Union qui décide ou non de la plupart des lois sur son territoire. La question des éxécutions par injection létale est donc pour l'instant à l'étude par la Cour Suprème,
l'organe de justice la plus importante des Etats-Unis, 9 juges nommés à vie par le président et garant du respect de la constitution américaine. Ce n'est qu'un simple moratoire et si les juges ne condamnent pas cette pratique, elle reprendront en septembre 2008.

Au passage le temps d'attente dans "le couloir de la mort" peut durer des années le temps que tous les recours en justice, procès et autres appels soient faits. Certains attendent depuis 20 ans leur passage sur la chaise.

Evidemment c'est aux Etats-Unis eux même que le débat est le plus vif. S'il existe de nombreux sites et associations anti-peine de mort, les partisans du chatiment suprême sont aussi actifs. Voici (en anglais) tout d'abord un site de partisans de la peine de mort qui défend farouchement ce principe au nom des victimes et établi le calendrier des exécutions à venir ou détaille pour chaque état les conditions pour assister à celle-ci.

La question de la peine de mort ne se pose d'ailleurs pas qu'aux Etats-Unis et de nombreuses associations ou groupes de pressions militent pour sa suppression pure et simple dans plusieurs pays du monde. Quelques exemples : Amnesty International, Coallition Mondiale contre la Peine de Mort ou encore le site francophone peinedemort.org



Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Etats-Unis
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 22:44
Un travail réalisé par Nicolas Garcia et Alexandre Richard (TSSI)



I° DESCRIPTION

 
La Silicon Valley est un pôle d’industries de pointe situé au sud de la baie de San Francisco en Californie. Plus de 7000 entreprises de haute technologie s’y trouvent regroupant ainsi plus de 2 millions de scientifiques, ce qui en fait l’un des lieux les plus riches de la planète.
 

C’est à l’origine un vaste complexe militaro-industriel qui à la fin de la 2e Guerre Mondiale s’est transformé en de multiples entreprises dont la création à été favorisée par la présence de  chercheurs et techniciens qualifiés.  Il s’est rapidement spécialisé dans l’informatique,  et d’autres technologies de pointe.  Le surnom « Silicon Valley » provient d’ailleurs de la silicone utilisée dans la conception des puces informatiques.

silicon_valley_224189g.jpg 

II° LA SILICON VALLEY AUJOURD’HUI

 
 

Aujourd’hui la Silicon Valley est le premier pole technologique au monde, 7ème puissance mondiale. Elle représente 20% de l'activité mondiale des technologies de l'information (Internet, médias)... La vallée occupe la première place dans le monde quant à la proportion de personnes employées dans les technologies de l’information et de la communication, devant Austin, au Texas et Singapour. Le taux de chômage y est très faible (<4,3%) et la productivité(brevets/produits) ne cesse d’augmenter. La Silicon Valley se révèle être donc un pôle dynamique, qui fonctionne.

 

Elle est en relation étroite avec plusieurs grandes universités américaines ce qui permet aux étudiants de trouver un emploi peu après leur formation.

 

De plus, ce pole est attractif car il attire entreprises et travailleurs ; Par exemple, près de 5 000 Français travaillent dans le berceau de la high-tech, en Californie, sur la côte Ouest des États-Unis. Une présence appréciée dans les domaines de l’ingénierie, de la création et des sciences.

 

Un pareil succès attire les talents de partout. La population y est composée : d'un tiers d’Anglophones, d’un tiers d'Hispaniques et d'un tiers d'Asiatiques. On peut donc se douter de la qualité des techniciens et chercheurs qui y travaillent. San José, ville qui héberge la Silicon Valley est la deuxième ville la plus cosmopolite des Etats-Unis derrière Miami (36% des habitants sont nés à l’étranger, sans compter les non-résidents.

 

A Silicon Valley, il se crée 11 nouvelles sociétés chaque semaine ; l'esprit d'entreprise, survivance du fameux "goldrush"(ruée vers l’or) américain, est très vivace.

 

Ce qui attire les entreprises, à Silicon Valley, c'est cette proximité où l'on peut trouver côte à côte les grands noms de l'électronique : HP, l'ancêtre, celui sans qui rien ne serait arrivé ; CISCO, le géant du matériel de télécommunication qui fait 40% de son chiffre d'affaire à distance, via Internet; SUN microsystems, un des leaders dans son domaine; et tant d'autres...

 

La liste des qualités de la Silicon Valley à l’échelle internationale est démesurée tant ce pôle est « productif » et attractif.

 

 silicon-valley-sf.gif

III) LES LIMITES DE LA SILICON VALLEY

 

 
La croissance de Silicon Valley ne pourra évidemment pas se poursuivre éternellement. Le passé a montré qu'elle pouvait se retrouver rapidement en position vulnérable, même si elle s'en est finalement très bien tirée à cause de crises dues aux crashs boursiers et à d’autres problèmes financiers qui affectent tout particulièrement la Silicon Valley dont toutes les entreprises y sont cotées. Par conséquent, la région souffre d’importantes faiblesses :

 

- Coût élevé de la main d’œuvre, de l’immobilier et de la vie en général ;

 

- Endettement des entreprises et des ménages ;

 

Enfin des menaces pèsent sur le renouveau économique de la région :

 

- Concurrence accrue d’autres régions des Etats-Unis et du monde (Asie notamment)

 

- Externalisation et délocalisation des entreprises y compris pour des emplois à haute qualification.

 

- Manque de confiance des entrepreneurs et mise en place de capitaux à risques.

 

- Restriction sur les visas d’entrée des étudiants et des chercheurs.

 

-La vie est de moins en moins abordable dans la Silicon Valley (seuls 26% des familles ont les moyens de s’y acheter une maison.)

 

-Les diplômés de grandes écoles sont de moins en moins nombreux.

 

sv-act.JPGLes technologies developpées dans la Silicon Valley

La Silicon Valley s'impose comme un des facteurs de la puissance américaine, elle domine dans le secteur informatique, elle attire des chercheurs venant du monde entier, elle est le symbole du potentiel technologique des USA. Elle est au cœur de l'inventivité américaine , car elle fut la première en son genre et produit une grande partie des brevets technologiques déposés dans certains domaines de pointe. Elle dispose de suffisamment de ressources pour perdurer malgré tous les problèmes qu’elle peut rencontrer qu’ils soient financiers ou sociaux.

Sources : Site de gouvernement de Californie - Le Monde(blogs)  -www.siliconvalley.com

Etudes diverses (financières et sociales) sur la Silicon Valley. - Wikipédia

 

-----------------

Un travail sérieux, un peu austère même, bien qu'assez complet et ordonné autour d'un plan précis. Seul problème, les illustrations choisies n'étaient pas légendés et je n'ai pas pu savoir précisément dans quel ordre vous vouliez les joindre à votre texte. Pour le reste, un bon portrait de ce qui demeure le premier technopôle de l'histoire dont s'est inspiré Grenoble pour créer son parc d'activité autour du Synchrotron et son futur Minatech centré sur les nanotechnologies.

Peut-être aurait-il fallu insister sur la place de l'Université de Stanford, qui travaille en étroite collaboration avecles entreprises de la vallée et qui est un véritable reservoir à étudiants prometteurs.

sv7lc7lir.jpg                        Issu d'un manuel Hatier BEP

Parmi les principaux concurrents de la Silicon Valley, la plus importante est la Route 128 autour du Massachussetts Institute of Technology et de la prestigieuse université d'Harvard (mais ça d'autres vont nous en parler). Derrière de nouvelles zones sont devenues très attractives. Seattle dans l'état de Washington, autour de Microsoft. Denver dans le Colorado lié à l'industrie de l'armement, Dallas et sa "Silicon Prairie" du Texas et une nouvelle venue Raleigh en Caroline du Sud ( c'est à dire dans le Vieux Sud longtemps déshérité) devenue la ville à la mode du fait de son microclimat et de ses loyers très abordables.

 

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Etats-Unis
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 13:01
Un travail réalisé par Benjamin Guillon et Nicolas Cartieaux (TSSI)

skyline-copie-1.jpg
Manhattan est le quartier principal de New York, premiere ville des Etats Unis. Ce quartier s'inscrit au premier rang des centres économiques dans le monde.Il a un rôle important dans la politique mondiale. De plus, il représente un centre culturel et social développé.


WS.jpg I]  Le secteur économique le plus important est celui des finances. Manhattan accueille par exemple la plus grande bourse mondiale : le New York Stock Exchange soit plus communément appelé Wall Street (photo) du nom de la rue où elle se situe.

De plus, le quartier de Midtown regroupe un grand nombre d’activités économiques : des siéges de banques, des centres commerciaux et notamment sept des huit agences de communication  les plus importantes du monde. New York est en outre la première concentration américaine de sièges sociaux d'entreprises de taille mondiale.


undefinedII] Manhattan a un rôle important dans la vie politique mondiale puisqu'il accueille un grand nombre de délégations étrangères, avec 105 consulats, consulats généraux et honoraires. De plus, ce quartier abrite le Siège des Nations Unies (ONU - photo). Ce sont les uniques fonctions politiques de la ville, puisque celle-ci sont limitées par le pouvoir de Washington, la capitale, qui concentre donc tout le pouvoir politique et administratif des Etats-Unis.

time_square-copie-1.jpgIII] Manhattan est le borough (quartier) le plus célèbre de New York pour son influence culturelle. En effet, la ville comporte de nombreux musées connus mondialement tels que le Metropolitan Museum of Art, Le Museum of Modern Art (MoMa), le Whitney Museum of American Art et le musée Solomon R. Guggenheim. Broadway, l'avenue principale de Manhattan, accueille de nombreux théâtres réputés. De plus ce quartier est un lieu touristique mondialement connu pour ses gratte-ciel qui comptent dans les plus hauts du monde. Times Square (photo) est également un des centres névralgiques du tourisme dans la ville.

 

En conclusion Manhattan est une veritable ville-monde par son importance culturelle, politique mais surtout économique. Avec 25 millions d’habitants, New York est la deuxième agglomération mondiale après Tokyo. New York est une métropole de rang mondial, c’est-à-dire un centre de commandement économique, intellectuel, diplomatique. Les activités de haut niveau (finance, technologie de pointe) se concentrent à Manhattan, qui, avec ses gratte-ciel, fait figure de vitrine de la puissance américaine.

 

Sources :

-Wikipedia

- Manhattan " symbole de la puissance américaine et new-yorkaise." sur aquadesign.be


----------------

 

aerial1.jpgLe Central Business District de Manhattan vu depuis le Sud


Un article d'une forme classique mais efficace avec un plan clair et qui permet de découvrir ce quartier central de "la Grosse Pomme". Si elle était indépendante, l'île de Manhattan aurait le 20ème rang économique, c'est à dire celui de la Suisse. Et comme l'ensemble de New York,  c'est une ville multiethnique, où on passe de Little Italy à Chinatown... D'ailleurs à l'entrée du port de Manhattan, on passe devant "Lady Liberty", la Statue de la Liberté, symbolisant pour les émigrants venus d'Europe la promesse du réve américain. C'est là que se trouve Ellis Island qui fut pendant près d'un siècle
la porte d'entrée de l'Amérique.

NewYork4.jpg
Vue du Sud Est,  la Statue de la Liberté, Ellis Island et les tours jumelles du World Trade Center, symboles de la prospérité économique de l'Amérique, abattues lors des attentats du 11 septembre 2001. En frappant Manhattan, c'est bien à l'image même de la puissance économique américaine que les terroristes islamistes s'en sont pris. Nous reparlerons bien entendu de cet événement, de son impact et de ses retombées en cours et sur ce blog.

Pour un aperçu de New York par satellite.

Une petite ballade en photo à New York avec notamment des vues à 360° qui nous plongent au milieu des gratte-ciel. De même une visite de la ville qui permet de se promener de quartier en quartier.

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Etats-Unis
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 11:01
Travail réalisé par Florian Contreras et Gaëtan Albert (TSSI)

Les Etats-Unis sont la 1ère puissance militaire au monde. En 2006 les dépenses militaires officielles représentaient pas moins de 46% des dépenses mondiales dans ce domaine (528.7 milliards de dollars soit 395.8 milliards d’euros). Ces dépenses sont justifiées par les interventions en Afghanistan et en Irak.

Les Etats-Unis possèdent bien entendu un très grand nombre d’effectifs militaires comme le montre le document ci-dessous.nombre-de-millitaire.gif
Les Etats-Unis sont donc très présents militairement dans le monde et possèdent des bases un peu partout. Elles peuvent être répertoriées en 4 types : les bases aériennes, les bases navales, les bases terrestres et les bases de communication et de surveillance. Il semblerait qu’il y ai plus de 730 bases américaines dans une cinquantaine de pays comme le montre la carte suivante :


usbases200103-copie-1.jpg
(Note du professeur : une carte sujette un peu à caution car montrant qu'il y a des bases militaires américaines en France ce qui n'est plus vrai depuis 1966. Il semble qu'elle mélange tous les pays membres de l'OTAN sans faire de distinction entre ceux où se trouvent des bases et ceux qui sont justes alliés)


Voici l’exemple d’une base aérienne située dans l’Océan Indien (l'île de Diégo Garcia):
Diego_Garcia_-28satellite-29.jpg

Il y a 2 raisons principales qui expliquent cette présence militaire des Etats-Unis dans d’autres pays.

Tout d’abord parce que les Etats-Unis sont alliés avec le pays (c’est donc un accord entre les Etats-Unis et le pays qui fait qu’il y ait la présence de militaires américains dans celui-ci), mais cette présence peut s’expliquer par le fait qu’il y a des tensions entre les Etats-Unis et le pays (comme à Cuba par exemple).

Un autre facteur de la présence militaire américaine dans d’autre pays est le conflit de ce pays avec un autre. En effet les Etats-Unis sont très présents dans ces conflits qui ont notamment lieu au Moyen-Orient en ce moment.

Voici l’adresse d’un site qui a répertorié chronologiquement des évènements dans lesquels les Etats-Unis ont joué un rôle ( attention site partisan très anti-américain)

Voici donc à quoi servent ces bases. Cependant les points de vue sur le sujet de la présence des bases américaines dans le monde diffèrent. Deux visions s’opposent diamétralement : d’un coté celui de ceux qui sont pour la présence de ces bases et de l’autre ceux qui sont contre

Le site suivant concerne le point de vue pour la présence des bases américaines dans le monde et présente ses avantages. Il est donc intéressant de s’y attarder. (attention là aussi, il s'agit ici d'un site officiel américain, donc forcement très partisan dans son approche de la question) Il présente les bases américaines comme un moyen d’agir plus rapidement en cas de besoin mais aussi de faire prendre conscience du respect des droits de l’homme. Il défend aussi le fait que ce sont les pays hôtes qui autorisent l’installation de bases américaines.

Ce site met en avant le point de vue contre les bases américaines. On y remarquera que ce point de vue ne voit dans les bases Etats-Unis dans le monde qu’une préparation à la guerre. Il met en avant également que la lutte contre le terrorisme dure depuis plusieurs années sans qu’il y ait de véritables améliorations.

Ainsi les Etats-Unis sont présents partout dans le monde par le biais de bases situées de part et d’autre du globe. Elles présentent une certaine utilité d’efficacité autant sur le plan stratégique que sur le plan humain mais les points de vue diffèrent pour laisser place à un sujet polémique : doit-il y avoir des bases américaines partout dans le monde ? Chacun a bien entendu sa vision des choses et pour le moment, le débat suit toujours sont cours.


-------------------------------

Un travail personnel intéressant même si le style écrit reste parfois un peu vague et maladroit (j'ai quand même essayé de corriger les principales fautes de grammaire). La présence militaire américaine dans le monde étant un sujet polémique, les sources qui peuvent en parler sont assez souvent extrémement partisanes et donc à prendre avec prudence. Comme vous les avez inclues en lien à l'intérieur du texte, je ne les reliste pas.

Je vous renvoie à l'article sur l'OTAN pour comprendre l'enjeu pour les américains de cette présence militaire mondiale. Il ne faut pas oublier qu'en plus des bases militaires, les Etats-Unis disposent de 5 flottes navales permanentes pour assurer la surveillance dans des zones lointaines mais stratégiques comme la Méditerrannée, le Golfe Persique ou l'Asie du Sud Est.

fleet-map-1.gifUne expansion qui continue sous couvert de lutte contre le terrorisme et qui ne cesse de s'accroître en effet, si les Etats-Unis sont présents dans le monde entier, l'Afrique restait jusqu'alors un peu de côté comme le montre la carte de 2003. Or en septembre de cette année doit démarrer l'Africom soit le Commandement Américain en Afrique avec des bases prévues en Algérie, Djibouti et Madagascar, c'est à dire un reseau couvrant toute l'Afrique et permettant de compléter ce dispositif de surveillance et d'intervention mondialisé. Cela inquiéte d'ailleurs un peu notre armée qui traditionnellement jouait ce rôle sur ce continent.

Concernant la cas de l'île de Diégo Garcia dans l'archipel des Chagos, véritable porte avion permanent dans l'océan indien, elle fait l'objet d'une polémique assez grande car colonie britannique mais revendiquée par l'île Maurice, elle a été vidée de sa population dans les années 60 pour être cédée aux américains. Les habitants en ont été purement et simplement expropriés par les anglais et envoyés à Maurice ou aux Seychelles voisins. Depuis, ces populations réclament le droit de se réinstaller sur leur île.
Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Etats-Unis
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 00:20
Benzara1.jpgNous nous sommes associés avec 4 autres professeurs-bloggeurs que vous devez commencer à bien connaître si vous suivez régulièrement ce site pour mettre en place un projet de blog culturel commun.

Un travail où vous retrouverez des idées BD /musiques /films /livres / expositions etc...

la_guerre_selon_charlie_wilson_imagesfilm.jpgJ'en ai profité pour conseiller "la guerre selon Charlie Wilson" un film qui vient de sortir et qui permet de découvrir, au travers de l'histoire d'un député américain qui mis en place un vaste trafic d'armes pour soutenir les afghans attaqués par l'URSS,  les rouages de la guerre froide pendant les années 80...

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Vie du blog
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 23:04
Travail réalisé par Manon Bouvier-Garzon, Amandine Di Bartolo Amandine et Léo Di Mario (TL)

 
Le scandale, appelé aussi affaire du Watergate pousse le président des États-Unis de l’époque,  Richard Nixon à démissionner en 1974. du Watergate
 
Cette affaire commence avec le cambriolage de locaux du Parti démocrate dans l'immeuble du Watergate à Washington en 1972, et se développe ensuite avec de nombreuses ramifications. Les nombreuses investigations de journalistes et une longue enquête sénatoriale lèveront le voile sur des pratiques illégales au sein de l'administration présidentielle.
 
 
Watergate-complex.jpgL'année 1972 est une année d'élection présidentielle aux États-Unis. Dans le camp républicain, Richard Nixon se présente pour un second mandat. Deux journalistes, aidés par un informateur inconnu, dévoilent à la justice qu'une opération illégale a été ordonnée par le président des États-Unis, Richard Nixon. Cette opération consistait à installer des micros pour faire de l'écoute dans les bureaux du parti Démocrate.

Le 17 juin 1972, des hommes en possession du matériel d'écoute, ayant fracturés les portes de l’immeuble du Watergate (siège du parti démocrate), sont arrêtés.
 
L'immeuble du Watergate


watergate7a.jpgLes journalistes enquêtent immédiatement sur l'évènement, découvrent des faits compromettants et saisissent la justice américaine. Une commission d'enquête est créée et conclut, que le président Nixon avait tenté d'éliminer certaines bandes magnétiques contenant des conversations l’incriminant. Une procédure de destitution est engagée, et le président des États-Unis, Richard Nixon, démissionne le 8 août 1974.

 





The Washington Post : « Nixon dit qu’il refuse de démissionner »



300px-Nixon-leaving-whitehouse.jpgSon successeur, Gerald Ford, lui accorde le pardon le 8 septembre 1974, lui évitant ainsi la justice.Il est cependant radié du Barreau de l'État de New York en 1976.
 
 
 
 
L'identité de l'informateur inconnu dans l'affaire du Watergate est révélée en 2005. Il s'agit W. Mark Felt, à l'époque, directeur adjoint du FBI.
 
 
 
 
 
 




Le président Nixon et sa famille quittent
le Maison Blanche


Source : Wikipedia

-----------------------------

Bon, un travail plutôt décevant. Pas la peine de se mettre à 3 pour me rendre un exercice aussi léger. Un simple copié-collé de Wikipedia où vous tentez de sauver les apparences en changeant un ou deux mots mais où vous empruntez la structure, des paragraphes entiers et même deux photos sur trois de cette encyclopédie en ligne. Ce ne sont pourtant pas les sources qui manquent. On pourra avec profit compléter cet article sur le blog Bricabraque  ou sur le site Terranova.

Bref le contraire des instructions où je vous demandais plusieurs sources  et un texte personnel.


Pour compléter encore quelque peu: un petit renvoi aux présidents américains de cette période dont Nixon. Un site excellent, Watergate.info, réalisé par Malcolm Farnsworth, un professeur australien. Il est en anglais, mais c'est une somme autour de cette question.

Pour le plaisir, "Nixon Now !", le clip de campagne du candidat Nixon en 72.


hitch-span.jpg Quelques informations complémentaires. Les 2 journalistes Bob Woodward et Carl Bernstein, du Washington Post qui ont mené l'enquête, et révélé l'affaire sont devenus des figures emblématiques de la liberté et du pouvoir de la presse aux Etats-Unis, capables de pousser un président à la démission. Toujours actifs, Bernstein a écrit une biographie détaillée sur Hillary Clinton et Woodward un livre à charge sur les échecs de la guerre en Irak.
Bernstein et Woodward


  Leur principale source fut donc ce mystérieux personnage haut placé qui leur fournissait des "fuites" sur les felt.jpgactions présidentielles. Celui-ci était connu par un surnom, "Gorge Profonde" ("Deep Throat"), pseudonyme qui n'était autre que le titre d'un film pornographique (un genre qui venait d'être tout juste autorisé dans des salles spécialisées et  qui avait fait scandale à l'époque). leurs rencontres étaient dignes de films d'espionnage, Woodward, s'il voulait contacter son informateur devait lui envoyer un signal en mettant un pot de fleur devant sa fenêtre. Son identité a donné lieu à bien des conjectures, Bernstein et Woodward refusant de la reveler au nom du principe journalistique de la protection des sources.



Bonjour Mr Felt... Cette mission, si du moins vous l'acceptez...
Plus sérieusement : Gorge Profonde dans les années 80...


Ce n'est qu'en 2005 que le nom de Mark Felt, rien moins que le N°2 du FBI a été enfin révélé. Pourquoi a t-il balancé son patron aux journalistes ? Lui prétend que c'est parce qu'il était dégouté par les pratiques illégales de la présidence (écoutes téléphoniques, cambriolages, confections de scandales pour discréditer les adversaires). Possible, si ce n'est qu'il fut lui même condamné en 1980 pour avoir organisé des effractions de domiciles dans le cadre d'enquêtes contre le crime organisé. Les relations furent orageuses entre Nixon et les principaux pontes du FBI qui avaient pris des habitudes d'indépendance et dont certains furent mis à la porte par le président quand il arriva en poste. Cela peut expliquer cette volonté de nuire au grand patron. De plus Felt qui espérait devenir le chef du service n'avait guère apprecié de rester seulement N°2 et de voir un proche du président occuper la place qu'il convoitait à la mort de J. Edgar Hoover, le fondateur du FBI...

Dernier point, le terme de Watergate est resté synonyme de scandale aux Etats Unis, dès qu'une affaire éclate dans ce pays, on y rajoute le terme "gate". D'où l'Irangate lorsque l'on accusa le gouvernement Reagan d'avoir livré illégalement des armes à l'Iran, le Monicagate lors des frasques sexuels de Bill Clinton ou encore l'Irakgate concernant les allégations de Georges W Bush concernant des armes de destructions massives en Irak... De même l'expression "jouer les gorges profondes" continue même en France à designer ceux qui font "fuiter" auprès des journaux des informations exclusives et secrètes dans des affaires politiques.

2 films, enfin pour illustrer cet histoire :

"Les hommes du président", d'Alan J. Pakula en 1976, sur l'enquête journalistique du Washington Post où Dustin Hoffman et Robert Redford incarnent
Carl Bernstein et Bob Woodward. La bande annonce (en anglais)

"Nixon" d'Oliver Stone, un film de 1995 assez complèxe mais très interessant où Anthony Hopkins incarne le président contraint à la démission:  La bande annonce(en anglais)

nixon-copie-1.jpg51N99HT940L.-AA280-.jpg


Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Le modèle américain
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 16:49
Travail réalisé par Cécile Rolland et Loïc Rebaodo (TL)

 
 
Né à Atlanta dans une famille de pasteurs, Martin Luther King, ecclésiastique comme sa famille, bénéficie d’un statut social plus aisé que la majorité de ses concitoyens noirs des Etats-Unis... Militant non-violent pour les droits civiques des noirs, Martin Luther King dont la ligne d’action est l’évangile a joué un rôle majeur pour l’émancipation des Afro-américains et la prise de conscience de l’injustice de la ségrégation aux Etats-Unis. Son discours pour la fraternité entre noirs et blancs, est devenu un véritable hymne à la solidarité et à l’espoir d’entente entre toutes les communautés.

Le 1er décembre 1955, une citoyenne Etats-unienne noire du nom de Rosa Parks refuse de céder sa place à un blanc dans un autobus de Montgomery à l’exigence du chauffeur et se fait interpeller par la police. C’est cet acte de ségrégation qui va inciter les personnalités noires de Montgomery à faire un appel au boycott de la compagnie de bus de la ville. Le soir de ce premier jour d’action, une organisation prônant la lutte pour les droits civiques et ainsi l’amélioration de Montgomery est créée et un dénommé Martin Luther King en est élu leader. Pendant près d’un an, le mouvement se poursuivra malgré les tentatives d’intimidation concentrées sur Luther King : attentat contre son domicile, emprisonnement... La Cour Suprême finira par donner tort à la compagnie de bus et, par la suite des actions de Luther King, déclarera également (en 1956) l'abolition des barrières raciales dans les institutions.
 
A la suite de cette victoire au retentissement national, Luther King participe avec les leaders noirs des 10 états du Sud à la fondation d’une organisation nationale : le SCLC (Conférence des Leaders Chrétiens du Sud). Elu président, il décide d’étendre à l’ensemble du pays sa lutte pacifique pour les droits civiques des noirs. Par ailleurs, les actions contre la ségrégation raciale se multiplient dans les Etats-Unis : mouvement étudiant en 1960, campagne de Birmingham en 1963 (aboutissant à un discours de Kennedy décrétant le bannissement de la ségrégation)… Il rencontre également des personnalités éminentes tel que le président Eisenhower.

Mais Luther King doit aussi subir les attaques de ses adversaires. En l’espace de cinq ans, il doit faire face à une accusation de fraude fiscale, à un passage à tabac par la police, à une tentative d’assassinat mais aussi à plusieurs séjours derrière les barreaux... Mais il rétorque a ses adversaires : «À votre force physique, nous imposerons notre force morale. Faites nous ce que vous voudrez, nous continuerons à vous aimer.», toujours avec la même foi. Face à la prison, il reçoit le soutien de grandes personnalités politiques : ainsi Kennedy intervient en faveur de sa libération en 1963. 
 
i-have-a-dream.jpgLe 28 août 1963, Luther King est à la tête de la marche pour le travail et la liberté, à Washington. Devant  250 000 personnes, il prononce son célèbre discours connu sous le nom suivant : « I have a dream » (« Je fais un rêve »).Il déclare par ses vœux le souhait d’un pays où chacun partagerait les mêmes droits, dans la justice et la paix. Ce discours le mène, en 1964, à la réception du prix Nobel de la paix. Il devient alors une figure mondialement reconnue.

Pourtant, son influence diminue au sein de la communauté afro-américaine, les idées plus radicales et plus violentes de Malcom X prenant le dessus sur la lutte pacifique. La communauté noire est désormais vue aux Etats-Unis comme les banlieues pauvres et violentes des grandes villes. En 1963, l’assassinat de Kennedy, perçu comme un défenseur des noirs, diminue encore l’espoir d’égalité. Ainsi Luther King paraît quelque peu en retrait et impuissant face aux émeutes de Watt (petit centre de pauvreté de Los Angeles) qui durèrent 40 jours et firent 34 morts et environ un millier de blessés. Il est toutefois, aux cotés du président Johnson en 1965 lorsque celui-ci signe le « Voting Rights Act » qui garantit l’égalité civique.

Cette même année Martin Luther King commencera à exprimer son opinion quant à la position des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam dénonçant l’attitude du pays. Il prononce à ce sujet le discours « Au-delà du Viêt Nam: le moment de briser le silence » ( New York). Dans ce même discours Luther King questionne l’alliance des Etats-Unis avec « les propriétaires terriens de l'Amérique latine » et demande pourquoi les États-Unis répriment au lieu de soutenir les révolutions des « peuples pieds nus et sans chemise » du tiers monde. Dans ce discours transparaissent ses idées politiques, il y critique la vie politique et économique de la nation. S’opposant ainsi ouvertement à l’idéologie capitaliste et au rôle des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam il se fait de nouveaux ennemis : La presse américaine ( Time ou encore The Washington Post ) écrit contre lui. 
 
Parmi les ennemis de Martin Luther King on compte aussi le FBI qui depuis 1961 enquête sur ses liens et ceux de la SCLC avec le communisme. En 1962 le FBI découvre qu'un de ses conseillers les plus importants, Stanley Levinson avait été impliqué avec le parti communiste des États-Unis. Il les mettra alors tous deux sous surveillance en installant par exemple des micros cachés dans les chambres d'hôtels que le pasteur utilisait lors de ses déplacements à travers le pays.
 
atl-385.jpgCette tentative de prouver que Luther King était communiste était due au fait que beaucoup de ségrégationnistes croyaient que les noirs du Sud avaient été manipulés par des communistes. Aussi Levinson qui était avocat, avait eu des liens avec le parti communiste au cours de négociations commerciales, mais le FBI refusa de croire les rapports qui indiquaient que Levinson n'avait plus aucune association avec eux.
 
Comme aucune preuve du communisme de Martin Luther King n’était donnée le FBI tenta de le discréditer à travers sa vie privée en envoyant des rapports à des journalistes, l’accusant d’infidélité des alliés ou sources de financement possibles de la SCLC, et à sa famille. L’affaire fut très vite rendue publique. Le FBI envoya également des lettres anonymes à Martin Luther King, le menaçant de révéler plus d'informations s'il ne cessait pas son militantisme pour les droits civiques.
Le 4 avril 1968, alors qu’il prépare une nouvelle marche contre la pauvreté, Martin Luther King est assassiné sur le balcon de sa chambre d’hôtel à Memphis. Le FBI qui le surveillait d’un bâtiment de l'autre côté de la rue furent les premiers à arriver sur les lieux pour lui administrer les premiers soins. Pour les partisans d'une théorie de la conspiration, leur présence si proche des lieux du crime était une confirmation que le FBI était impliqué dans l'assassinat. Mais là encore rien n’est prouvé.

Avant sa mort, Luther King commençait a mettre en place une lutte contre la misère, car celle-ci s’imposait comme étant le nouveau moyen indirect de ségrégation qui touchait durement les Afro-américains.
 
Malgré son assassinat et donc son impossibilité d’agir contre la pauvreté, ses méthodes non-violentes ont été fondamentales pour l’accomplissement de l’égalité des droits tout en évitant de  plonger le pays dans une guerre civile. Ayant toujours prôné la méthode pacifique, Martin Luther King s’est imposé au même titre que Gandhi comme le symbole d’une lutte ne laissant place aux armes. 



----------------------------------------------

time.jpg

 


Pour compléter cette biographie: le célébre discours ici en vidéo ci dessous ainsi que son texte avec une traduction française. 

Martin Luther King I have a dream (sous-titres français)


Martin Luther King continue à être célébré aux Etats Unis: Des instituts de recherche perpétuent son action. Le 3ème lundi de janvier ( 21 janvier pour cette année 2008) est le "Martin Luther King Day"  et est officiellement férié depuis les années 80.

Le site Bricabraque a fait une série d'articles remarquables sur la lutte des afro-américains pour leur émancipation, comme sur la musique noire américaine qui popularisa leur cause.

JamesEarlRay.jpgUn mot enfin sur l'assassinat toujours encore teinté de mystére de Martin Luther King. Son auteur fut rapidement identifié grace à ses empreintes digitales retrouvées sur les lieux comme étant James Earl Ray, un repris de justice et ségrégationiste blanc illuminé, issue d'une de ces familles de blancs très pauvres du Sud des Etats Unis qui formaient le terreau des adeptes du "White Power". En fuite pendant 2 mois, il finit par être arrété à Londres et être extradé aux Etats-Unis où il est condamné à 99 ans de prison après avoir plaidé coupable pour éviter la peine de mort. Dans les années 70, il reviendra sur ses déclarations en disant qu'il n'a pas tiré sur King mais qu'il a été manipulé par un certain Raoul et son frère Johnny, peut-être liés à la mafia, mais aussi au FBI et qui se seraient présentés comme partisans de sa cause raciste avant de s'arranger pour lui  faire porter le chapeau de l'assassinat.

Après sa mort en 1999, la famille King ébranlée par les révélations de Ray a demandé la réouverture de l'enquête et émet toujours officiellement des doutes sur la thèse de l'acte d'un tueur isolé. Pourtant, après une nouvelle étude des pièces du dossier, la culpabilité de Ray a été réaffirmée, rien ne permettant d'étayer la thèse du complot. Malgré tout, celle-ci reste toujours populaire dans une Amérique qui demeure traumatisée par toutes les morts violentes des années 60, les frères Kennedy, Malcolm X ou Martin Luther King...

mlk-MarchonWashington.jpg
La marche sur Washington du 28 août 63

 

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Le modèle américain
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 15:56
Ca y est, je ne suis plus tout seul à alimenter le blog : en effet celui-ci va accueillir les productions des élèves autour de deux thèmes principaux : les S planchent sur des exemples de la puissance américaine et les L sur les modèles soviétiques et américains. Ces derniers ont une courte avance et déjà certaines productions viennent d’arriver Je vais les poser incessamment, le temps de les relire et éventuellement de corriger certaines fautes.
 
 
Le texte ( attention pas de copier coller, un vrai texte personnel), les choix et la pertinence des illustrations, la citation des sources, les liens éventuels seront  les critères d’une petite note sur 10 mais aussi la base de travaux d’approfondissement en classe.
 
 
 
Pour la clarté et la fonctionnalité du travail, je me permettrai si besoin de rajouter peut-être en italique une ou deux choses si je vois des erreurs ou des imprécisions et joindrai éventuellement en fin d’article quelques infos, liens ou illustrations complémentaires.
 joyoftechb535b.gif
Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Vie du blog
commenter cet article
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 15:41

Lawless-1.jpg
Les Etats Unis sont indéniablement la première puissance militaire mondiale. 5% de leur PIB part ainsi dans la défense (contre 2 % pour un pays comme la France) et ils ont multiplié les interventions mondiales régulières comme en Afghanistan ou en Irak ces dernières années. Depuis la seconde guerre mondiale, rompant avec leur vieille tradition isolationniste, les Etats-Unis se considèrent comme les gardiens et les garants d’une paix mondiale. Une vision que partisans ou détracteurs de cette politique surnomment la « Pax Americana » (sur le modèle de la « Pax Romana », paix armée de l’empire Romain au plus fort de son contrôle de la Méditerranée.). Leur système d’alliance hérité de la guerre froide est devenu le fer de lance de cette politique. Il n’est ainsi pas innocent que ce soit l’OTAN, pacte d’alliance crée en plein cœur de l’affrontement avec l’Union Soviétique qui est devenu en 2007 un de leur meilleur outil pour faire valoir leurs intérêts géostratégiques en Europe.

 

undefinedL’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (NATO en anglais) appelé aussi Pacte Atlantique, est au départ une alliance dirigée contre l’Union Soviétique. Après l’affaire du blocus de Berlin, les pays européens ont peur de se retrouver seuls face à la menace de la puissance militaire soviétique. De plus l’Allemagne continue toujours à faire un peu peur. Pourrait-elle se relever et constituer à nouveau une menace ? Signé le 4 avril 1949, ce traité regroupe les Etats-Unis, le Canada et la quasi-totalité des états d’Europe de l’Ouest. La République Fédérale d’Allemagne qui va bientôt être crée rejoint très vite l’organisation. La Grèce, la Turquie et même l’Espagne franquiste finiront par rejoindre l’OTAN.

                                                                                                         Affiche éditée par l'OTAN
:source: Revue Militaire Canadienne


Cette alliance repose sur un principe simple qui se trouve dans son article 5 :  "les pays membres conviennent de considérer une attaque armée contre l'un d'eux, en Europe ou en Amérique du Nord, comme une attaque dirigée contre tous." Si un pays signataire est attaqué, les autres doivent venir l’aider. A cela s’ajoutent des accords de coopération économiques et culturels propres à renforcer les liens entre les alliés. Le siège de l’OTAN se trouve alors à Paris.

 

OTAN.jpgRapidement cet accord se double d’un commandement intégré : en cas de conflit, toutes les armées se placent sous un commandement unique, dans les faits toujours américain. Enfin, pour renforcer la protection face aux soviétiques, les américains installent des bases militaires en Europe où campent jusqu’à aujourd’hui des dizaines de milliers de soldats et leur armement, y compris des armes atomiques dirigées vers l’URSS. C’est le parapluie nucléaire américain censé protéger l’Europe de la menace communiste. D'ailleurs, en 1955, les soviétiques mettent de leur côté en place le Pacte de Varsovie, copie quasi conforme de l’OTAN pour les pays communistes.

En 1966, le général de Gaulle soucieux de garantir l’indépendance militaire de notre pays fait sortir la France du commandement intégré de l’OTAN. Les troupes américaines évacuent les bases militaires et le siège de l’OTAN est transféré à Bruxelles. Toutefois, même si les troupes françaises ne sont plus sous autorité américaine en cas de guerre, la France reste dans l’OTAN et demeure un membre de l’alliance. 
 



Affiche commémorant les 10 ans de
l'OTAN en 1959


Avec la fin de l’URSS en 1991, on aurait pu croire l’OTAN et ses bases militaires en Europe condamnées à disparaître. Tout au contraire, l’instabilité politique qui a suivi l’effondrement du bloc communiste, a donné au Pacte Atlantique une puissance et une orientation nouvelle et permis aux américains de jouer un rôle encore plus fort.

En effet l’Union Européenne ne dispose pas d’une armée cohérente en cas de crise sur son continent. Quand à l’ONU, son rôle est de maintenir la paix en séparant les combattants, pas d’intervenir par la force en cas de problème. C’est ainsi que lorsque éclate la guerre civile en ex-Yougoslavie, seule la puissance militaire américaine a les moyens (non sans mal et sans bombardements) de ramener les belligérants à la table de négociation. L’OTAN montre là toute son efficacité et pour désormais beaucoup de pays seule l'alliance américaine est à même de garantir la paix dans une époque troublée. 
 

undefinedC’est ainsi que loin de disparaître, l’OTAN voit son rôle et sa présence en Europe se renforcer et devenir le prolongement armé de la politique diplomatique américaine, même au-delà de notre continent. Pour cela, le Pacte Atlantique s’est mis à intégrer de nouveaux membres, notamment d’anciens pays communistes qui voient dans les Etats-Unis un libérateur et le meilleur rempart face aux tentations actuelles de la Russie de reconstituer sa puissance de la guerre froide. De plus, le cadre d’intervention s’est élargi. C’est ainsi l’OTAN qui gère l’intervention en Afghanistan contre les talibans (où la France s’est comme beaucoup de pays européens engagée). Le Pacte Atlantique organise des missions humanitaires lors de catastrophes naturelles comme au Pakistan en 2005. De même, elle fournit une aide matérielle aux troupes africaines qui tentent de résoudre la crise au Darfour.

 
L’OTAN permet aux américains d’intervenir dans le cadre d’alliances internationales, sans avoir besoin de l’ONU qui ne leur est pas toujours favorable. Mais ses alliés ont aussi leur mot à dire et c’est ainsi que face à l’opposition de la France et de l’Allemagne, le Pacte n’a pas pu intervenir directement en Irak (elle doit se contenter de fournir un soutien logistique en formant des officiers irakiens). Le gouvernement Bush a du constituer une alliance spéciale beaucoup plus fragile et contestable que l’OTAN.
 
Bien que largement dominée par les Etats-Unis, l’OTAN est aussi un outil politique et diplomatique pour les puissances européenne qui y font valoir leurs droits. C’est la conception des britanniques qui n’ont jamais été partisans d’une hypothétique Europe de la défense mais qui préfèrent compter sur l’OTAN et qui y font entendre leur voix tout en gardant leur alliance privilégiée avec leur ancienne colonie américaine. Beaucoup de pays, l’Allemagne en tête, y voit surtout un moyen de garantir la paix sur le continent sans avoir à payer les frais financiers puisque ce sont les américains qui fournissent le plus gros de la dépense. Ces derniers temps, le président Sarkozy, partisan d’un renforcement de l’alliance avec les Etats Unis négocie le retour de la France dans le commandement intégré en échange de plus de responsabilités pour notre pays.
 
 carte-otan-europe.jpg
 
 
Mais les vieux démons ont la peau dure et c’est toujours à la Russie que l’OTAN semble aujourd’hui s’opposer : La Pologne, la Tchéquie, la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie ont ainsi rejoints l’OTAN et souvent dans le même temps l’Union Européenne. Pire encore, d’anciennes républiques de l’URSS comme la Georgie ou les Pays Baltes se sont ainsi placés sous la protection américaine, à la grande fureur de Vladimir Poutine qui voit là une remise en cause de la domination russe sur la région. Les relations américano-russe se sont ainsi dégradées ces derniers temps.
 
Une polémique illustre bien cela. Le président Bush a lancé un projet de radars et missiles anti-missiles installés sur les bases de l’OTAN en Pologne et Tchéquie et censés protéger l’Europe d’éventuels tirs de fusées atomiques d’états voyous suspectés de développer des armes nucléaires comme la Corée du Nord ou l’Iran. Personne n’est dupe, il s’agit là d’intégrer encore davantage les ex démocraties populaires à leur nouvel allié américain et de faire face au retour de la Russie comme une puissance majeure de la région. La mise en place de ce projet s’est accompagnée l’année dernière d’une véritable crise entre la Russie et les Etats-Unis comme aux plus beaux jours de la guerre froide.

Pour approfondir je vous renvoie à l’excellent dossier de « La Documentation Française » à ce sujet, ainsi bien sûr qu’au site officiel de l’OTAN qui présente de façon très propagandiste mais très illustrée les missions du Pacte Atlantique.
Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Etats-Unis
commenter cet article