Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 23:09

Un travail de Hayette Kouadri (TL)

Mardi 11 septembre 2001, un Boeing de la compagnie American Airlines heurte l’une des deux tours du World Trade Center à New York. Dix minutes plus tard, un deuxième avion arrive droit sur l’autre tour. Une demie heure plus tard, un troisième avion s’écrase sur le Pentagone (ministère de la défense à Washington. Au  total, on dénombre plus de trois milles morts, les chaînes de télévisions du monde entier ont transmit l’attaque en direct et ne cesse depuis de repasser les images des deux tours qui s’effondrent. New York, capitale économique, et Washington, capitale politique ont été frappés. Jamais les Etats-Unis n’avaient subi sur leur sol un attentat de cette ampleur, ce qui leur a fait réaliser que malgré la victoire de la guerre du Golfe, ils restent un état vulnérable. Cet attentat est revendiqué par Ben Laden  et son mouvement terroriste Al Qaïda. Voilà que surgit un terrorisme nouveau, une guerre asymétrique encore mal connue, contre un état, voir une civilisation.

 

Le président, George W. Bush, élu en 2000, et son gouvernement préparent la riposte. Ce sera la guerre contre les Talibans, elle commencera deux semaines après les attentats et entraînera la chute du régime islamique en Afghanistan. En mars 2003, c’est au tour de l’Irak de Saddam Hussein d’être l’objet d’une offensive victorieuse des forces américaines. À l’étranger, la guerre en Afghanistan suscite l’adhésion d’une grande partie de l’opinion mondiale, contrairement à la guerre d’Irak qui creuse un  fossé.

Pourquoi donc?

Que revendique le président en allant en Irak?

Son intervention était-elle justifiable?

 

Les deux tiers des américains croient que Saddam Hussein détient des armes de destruction massive et apporte son concours au terrorisme. Cette idée change la politique étrangère des Etats-Unis : leur politique étrangère est centrée autour de la guerre au terrorisme. Elle vise à détruire les régimes jugés dangereux, les « états  voyous » (rogue states), qui mettent en péril la paix dans le monde et la sécurité des Etats-Unis, à les remplacer par des démocraties, à livrer une guerre totale aux pays, aux mouvements qui combattent les valeurs occidentales capitalistes. Pour éviter qu’un nouveau 11septembre ne se produise, il convient de déclarer lorsqu’elle est indispensable, ce que Bush va appeler la « guerre préventive » ; c’est la justification que donne alors Bush de son offensive contre l’Irak, en dépit des réticences de bon nombre de ses alliés, Français et Allemands notamment.


Ce néo-conservatisme américain souhaite exporter les idées et les pratiques qui fondent la culture américaine.
  

Combien cela va coûter au monde ?  

Des raisons officieuses doivent  être prises en compte. Des enjeux politiques, religieux, économiques et militaires.

Le premier enjeu est politique, les Etats-Unis souhaite exporter leurs idées, leur mode de vie, leur occidentalisme et leur capitalisme afin de contrôler les régimes islamiques.

La raison religieuse est la lutte contre les extrémistes radicaux musulmans qui soutiennent le terrorisme, Bush, se prenant pour un justicier, souhaite rétablir une liberté religieuse dans des pays où musulmans, juifs et chrétiens cohabitent depuis des siècles (…)

Troisième raison. Le pétrole. L’Irak étant le deuxième exportateur mondial de pétrole, les Etats-Unis souhaite s’emparer des puits afin de payer l’armement américain grâce à l’Irak, et ainsi faire d’énormes économies.

Les enjeux militaires existent grâce à la position géographique de l’Irak, en plein milieu de Moyen-Orient, là où l’Iran doit se tenir à carreaux, là où les palestiniens vivent sous la menace d’une offensive américaine en faveur d’Israël .

 

Cette guerre n’était pas justifiable car premièrement, aucune arme de destruction massive n’a été découverte, à tel point que les Etats-Unis et les Royaume-Uni ont abandonné les recherches, l’occupation existe toujours à tel point aussi, ne l’oublions pas qu’ils exploitent les ressources irakiennes  notamment le pétrole qui a fait l’objet d’importantes installations de firmes américaines en Irak, une guerre civile opposant musulmans chiite et sunnite a éclaté, pour la prise du pouvoir, afin de rétablir un régime religieux, les estimations disent le nombres de morts à 150 000,  4000 soldats morts au combats, ce qui déclencha un retournement de situation du peuple américain qui devient peu à peu anti-guerre. L’Europe fut divisé en deux, entre états pour et états contre l’intervention,  2.5 millions d’irakiens on fuit le pays pour aller en Syrie, Turquie, Jordanie. Une augmentation des dépenses militaires, un mensonge sur les raisons officiels de l’offensive, ainsi que la démission de plusieurs membres de la Maison Blanche ont remis en cause la politique de Bush dans le monde entier.

De nombreuses raisons comme celle-ci ont fait ressortir les raisons officieuses de Bush pour « coloniser » l’Irak.

 Aujourd’hui, 65% des américains pensent que cette guerre n’était qu’une erreur, 25% des anciens soldats sont aujourd’hui sans abris et non pris en charge par l’état.

Aujourd’hui, Barack Obama, nouveau président des Etats-Unis, à promis un retrait des troupes américaines qui se fera progressivement en 16mois, mais tout en gardant un certain contrôle afin d’éviter que ce pays nouveau désormais, tombe aux mains de n’importe qui.

L'explication la plus probable de l'invasion de l'Irak est l'engagement du Régime "néoconservateur" de Bush à la défense de l'expansion territoriale israélienne (une pensée pour la Palestine). Il n'existe pas un seul néoconservateur qui ne soit allié à Israël. Israël espère voler toute la Cisjordanie et le Sud du Liban pour son expansion territoriale. Un régime colonial américain en Irak ne protège pas seulement Israël contre des attaques, mais exerce aussi pression contre la Syrie et l'Iran pour qu'ils ne soutiennent pas les Palestiniens et les Libanais. La guerre d'Irak est une guerre pour l'expansion territoriale d'Israël. La "guerre contre la terreur" de Bush est un bobard qui sert à couvrir l'intervention des Etats-Unis au Moyen-Orient pour le compte du "grand Israël". 
 

Je rajoute à ma dernière opinion sur la guerre trois liens vidéos dailymotion, "envoyé spécial, mai 2008", sur le mensonge de la guerre, afin de justifier ma décision finale.
Première partie     -  Deuxième partie    - Troisième partie

J'aimerais terminer par cette vidéo du clip de Médine, "11 septembre", j'ai eu la chance de connaitre ce rappeur l'an dernier lors d'un concert à bourg en bresse et petit à petit j'ai lu entre les lignes de ses paroles cette chanson retrace le monde depuis le 11/09/01.

                           


                        ---------------------------------------------------------------

Tout arrive à qui sait attendre (bon, un peu longtemps, mais quand même), puisque paradoxalement alors que ton travail fut l'un des premiers à m'être parvenu, c'est celui qui chronologiquement s'insére en dernier, avec plusieurs ajouts successifs. Un sujet récent où les polémiques et les prises de positions parfois radicales ne manquent pas. Il y a pas mal de bonne choses dans ce travail notamment dans toute sa première partie. J'ai rajouté quelques illustrations pour compléter un peu l'ensemble. Mais comme toujours dans les affaires de géopolitique internationale il faut aussi savoir se méfier des manipulations et des raccourcis faciles. Des méchants et des gentils, des musulmans forcément tous terroristes assoiffés de sang et du grand complot israélien qui manipule les Etats-Unis pour dépecer la Palestine. Autant de thèmes politiquement porteurs qu'on se renvoie à la figure, qui permettent de manipuler le bon peuple et qui laissent le champ libre à tout ceux, politiciens nationalistes, religieux fanatiques et marchands d'armes qui prospèrent sur ce terreau. 

 Comme souvent il n' y a pas de raisons uniques à cette intervention.  La politique américaine menée par le président Bush s'inspire fortement du thème du choc des civilisations développé par Samuel Huntington. Les attentats du 11 septembre comme tu le rappelle ont traumatisé les Etats-Unis, frappés sur leur sol pour la première fois depuis Pearl Harbor en 1941. Pour l'opinion publique, les pays musulmans ont été montré du doigt comme des responsables collectifs sur le thème. Les Etats-Unis  ont décidé d'intervenir dans cette région pour non seulement combattre le terrorisme, nouvelle obsession américaine mais aussi parce que l'idée de la "guerre préventive" est devenue le modèle militaire américain : Ne plus attendre d'être attaqué les premiers mais prendre les devants. Après avoir renversé le gouvernement taliban en Afghanistan, le gouvernement républicain a voulu faire un exemple pour montrer aux "états voyous" que s'en prendre à eux était une très mauvaise idée. Jusqu'à l'aveuglement semble t-il.


Le président Bush : "C'était marrant, maintant voyons si nos services de renseignement avaient bon."
Sur le paperboard de Condeleeza Rice (secrétaire aux affaires étrangères) : "Doctrine Bush : 1 -Tirer 2- Poser des questions."

L'Irak de Saddam Hussein constituait une cible privilégiée en effet le pays était soupçonnée par les experts américains (semblent-ils largement intoxiqués par des opposants irakiens désireux de se débarasser de Saddam Hussein pour prendre le pouvoir) de vouloir developper des armes de destructions massives depuis sa défaite lors de la guerre du Golfe. Les raisons que tu avances au début de ton texte sont réels dans l'esprit des stratéges du Pentagone, pour lutter contre le terrorisme et assurer l'approvisionnement pétrolier dans la région, établir par la force un gouvernement démocratique pro-américain était dans leur optique logique. On peut aussi retrouver une raison plus personnelle de l'administration Bush de venger l'affront fait au père du président, Georges H. Bush qui avait mené la guerre du Golfe mais n'avait pu déloger Saddam Hussein du pouvoir. Un echec qui lui avait coûté sa réelection
.

Le principal ratage des américains lors de la préparation de cette guerre en 2003 est de n'avoir pu entraîner l'ONU dans cette aventure. La France, l'Allemagne et la Russie qui avaient soutenu l'intervention en Afghanistan sont cette fois-ci beaucoup plus critiques, remettant en cause les arguments américains et faisant valoir une position multilatéraliste dans cette affaire. Cela va créer un fort ressentiment aux Etats-Unis, les conservateurs américains dénonçant pour l'occasion la "trahison" française dans la guerre contre le terrorisme en appelant au boycott des produits français.  Dans le même temps de grande manifestations anti-guerre se déroulent dans les grandes capitales du monde. Dans le même  l'anti-américanisme se développe. 

Le secrétaire d'état à la défense Colin Powell présentant à lONU des germes du virus de l'anthrax prétendument fabriqués en Irak. Une information mensongère apprendra t-on plus tard qui poussera Powell qui s'estima trompé par les services de renseignements à démissioner du gouvernement Bush.

Au final, l'intervention américaine partit en Irak sans accord international. Malgré l'arrestation et l'exécution de Saddam Hussein, l'intervention américaine se solda par un semi-échec, les divisions internes notamment entre les communautés chiites, sunnites et kurdes ont transformé le conflit en guerre civile et le nouveau gouvernement élu s'avéra assez vite corrompu et paralysé. Après 6 ans de présence américaine, les attentats déchirent toujours le pays. L'image des Etats-Unis fut passablement salie par les révélations de tortures pratiquées dans les prisons américaines en Irak .

Avec le recul, les observateurs internationaux estiment que les années Bush sont probablement parmi les plus catastrophiques pour le rayonnement des Etats-Unis dans le monde et pour la stabilité internationale. Le nouveau président Obama doit gerer un héritage compliqué.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Le nouveau désordre mondial
commenter cet article

commentaires