Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 23:03

Nous l'avons évoqué en cours, le monde est secoué en ce moment par une série de crises relativement préoccupantes. Vous pouvez vous reporter à l'excellent dossier constitué par Etienne Augris sur la crise israélo-palestinienne, un sujet dont nous allons reparler en classe très bientôt.

Pour le moment remontons en Europe Centrale et intéressons nous à la crise gazière et diplomatique qui secoue la Russie, l'Ukraine et l'Union Européenne en ce glacial mois de janvier. La Russie vient de couper l'approvisionnement en gaz naturel à l'Ukraine et, par ricochet, crée une situation de pénurie dans toute l'Europe.

La Russie posséde en effet de gigantesques reserves de pétrole et de gaz naturel sur son territoire. Bien avant la fin de la guerre froide, dès les années 70, elle s'est mise à commercer avec l'Europe échangeant son gaz contre des biens de consommation et de la nourriture. De grands gazoducs traversent toute l'Europe de l'Est pour arriver en Allemagne ou en Italie et alimenter les chauffages occidentaux. L'Oural et la Sibérie fournissent en effet un quart du gaz consommé en Europe. Certains pays sont très dépendants, notamment à l’Est, comme en Bulgarie qui dépend à 98% du gaz russe, ou les Etats baltes, dépendants à 100% des importations russes.

Avec la fin de l'URSS, les anciens pays satellites et les républiques de l'Union Soviétique ont négocié des tarifs préférenciels avec l'autorité russe. En effet dans l'ancien système, le problème de l'energie ne se posait pour l'Ukraine et ses voisins, ils faisaient partie du même pays que la Russie donc pas besoin de developper des énergies autonomes, la Sibérie alimentant toute l'Union. Les ressources étaient partagées de façon communiste et chaque région s'étant spécialisée, le bloc de l'Est fonctionnait comme un tout cohérent et solidaire. Ce qui explique qu'au moment de l'indépendance des pans entiers des économies des anciennes républiques se sont retrouvées non developpées. Alors au moment de l'indépendance des accords ont eu lieu pour s'echanger les produits de premières nécéssités à tarif préférenciel.

 

                                             Source : Cartographier le présent (cliquer pour agrandir)

En Russie, le contrôle des matières premières est devenu rapidement un enjeu vital. Depuis la fin des années 90, le gaz est redevenu monopole d'état. Toutes les sociétés gazières privées nées de la fin de l'Union Soviétique ont été quasiment démantelées par Vladimir Poutine qui les a remplacé par Gazprom. Le groupe produit 95% du gaz naturel russe, tout en contrôlant 17% des réserves mondiales. Il est à la tête du plus grand réseau de gazoducs du monde. Et il détient des intérêts, entre autres, dans des banques, des compagnies d’assurance, des médias et de l’immobilier. Gazprom contribue pour quelque 20% des recettes budgétaires de l’État russe et à hauteur de 8% de son PIB. Elle emploie 450 000 personnes. Autant dire que de par son importance le gaz est devenu affaire d'état en Russie. Dimitri Medvedev, l'actuel président russe en est l'ancien directeur. Aucune décision n'y est prise sans l'aval des autorités du Kremlin.

Mais le temps passe et de plus en plus de pays d'Europe de l'Est se tournent vers l'U.E. et les Etats-Unis. Ainsi en Ukraine, le gouvernement Ioukatchenko s'est fait élire sur la base d'un programme très pro-occidental : adhésion à l'Union Européenne et à l'OTAN, politique ouvertement hostile à la Russie accusée de vouloir destabiliser le pays en agitant les minorités russophones qui agitent les provinces minières de l'Est (dont la Crimée, la Riviera Ukrainienne accés direct à la Mer Noire et riviera touristique qui intéresse bien des investisseurs à l'approche des J.O. de Sotchi). Comme avec la Georgie les relations entre Moscou et Kiev se sont brouillées d'autant que les russes voient la main des Etats-Unis derrière toute atteinte à leur domination sur leur ancien empire.

La société Gazprom s'est donc mise en tête de vouloir renégocier à la hausse les tarifs de livraison de gaz avec l'Ukraine. Comme Kiev traine les pied, Moscou décide d'agir de façon brutale, comme on le ferait avec un mauvais payeur. Le 1er janvier 2006, dans le froid de l'hiver, elle coupe les livraisons deux jours pour forcer les ukrainiens a passer de 50 à 100 $ puis comme les deux pays continuent à s'affronter rebelotte en 2007 et en 2008. Notamment pour renégocier les droits de passage sur le sol ukrainien des gazoducs russo-européens, car les ukrainiens pour compenser l'augmentation du prix du gaz ripostent en haussant les droits de passage sur leur sol. Quand l'économie et les rivalités polico-diplomatiques se rejoignent.




C'est pourquoi ces questions gazières depuis trois ans tous les hivers revient sur le tapis. Avec l'augmentation croissante du prix du gaz ces dernières années et la crise financière actuelle, la situation de l'économie ukrainienne s'est fragilisée et le poids du budget chauffage commence à peser.  D'autant qu'en Ukraine, la crise gazière se double d'un bras de fer politique entre le président Viktor Iouchtchenko, et son premier ministre Ioulia Timochenko, celle-ci  accusant le premier  de corruption et d'enrichissement personnel au travers de Naftogaz, la compagnie de gaz ukrainienne qui aurait contracté de façon opaque près d'1,9 milliards d'euros de dettes auprès de Gazprom. De plus les russes accusent les ukrainiens de siphonner illégalement du gaz transitant sur leur sol à destination de leur clients européens. Bref chacun se renvoie la responsabilité de la crise à la figure avec beaucoup de mauvaise foi.

Un bel imbroglio où les enjeux économiques, politiques et personnels sont imbriqués et qui touche par contrecoup l'Europe car lorsque les russes ferment les robinets de gaz en direction de l'Ukraine, c'est toute l'Europe qui est touchée.


L'Europe elle se retrouve piégée par cet affrontement. Pourtant en 2006 lorsque la crise à commencé elle a mise en place une commission pour surveiller ses approvisionnements en gaz. Mais comme à son habitude elle s'est perdue en divisions et en discussions stériles plutôt que de mettre en place un programme de gestion commune de leur energie. Personne ne veut payer pour désenclaver l'Europe de l'Est et l'Allemagne s'est associée à la Russie pour créer un oléoduc sous la Baltique, le North Stream qui permet de se passer des Pays Baltes ou de l'Ukraine. le "chacun pour soi" qui semble hélas avoir remplacé ces dernières années la volonté d'une véritable solidarité européenne.

Une Europe instrumentalisée tant par les Russes qui espèrent contraindre les Ukrainiens à payer au prix fort le prix de leur gaz que par les Ukrainiens qui jouent la carte du catastrophisme face à un géant russe autoritaire et dominateur pour faire oublier leur propre corruption.

Après des négociations menées par le premier ministre tchèque (le pays à la tête de l'Europe pour le premier semestre 2009) avec les deux parties, la situation semble progressivement se débloquer elle va envoyer des observateurs. Mais sur le fond le problème demeure intact, soulignant au travers de la dépendance energétique de l'UE envers la Russie, l'absence de nouveaux grands projets communs et les tensions qui persistent à nos frontières orientales.

Quand à la Russie elle montre à la fois sa volonté de jouer le jeu du commerce mondial tout en n' hésitant pas à faire valoir ses droits de façon brutale, surtout dans cette Europe de l'Est qu'elle considère comme sa zone d'influence naturelle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Russie
commenter cet article

commentaires

mariae 10/04/2016 17:40

Incroyable, mais Vrai Dieu est toujours Grand. Après plusieurs rejets de ma demande par la banque, j'ai bénéficié d'un prêt grâce à une dame bien honnête . Pour en savoir plus, veuillez simplement prendre contact avec elle par e-mail au : marilinetricha@mail.ru elle offre des prêts de 3 000€ à 3.000.000€ à toute personne capable de le rembourser avec intérêt à un taux faible de 2 % ne doutez pas de ce message. C'est une parfaite réalité. Faites passer le message à vos proches qui sont dans le besoin.
le remboursement commence 5 mois après avoir reçu votre crédit
Que Dieu vous bénisse.

fabienne 13/01/2009 23:07

bravo pour ce blog que je consulte régulièrement et dont j'ai donné le lien à mes élèves. Le travail que tu fournis et sa qualité sont impressionnants, le résultat est à la hauteur.
une ancienne collègue de "stage" à Chambéry... c'était en 1994-95 (déjà !!!)

Mr Tribouilloy 15/01/2009 12:25


Ouh là là, le temps de l'IUFM, voilà qui ne nous rajeunit pas ! Merci Fabienne pour ces encouragements, même si faute de temps en ce moment je n'arrive pas à être aussi productif que je le
voudrais.
Amicalement
Richard