Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 00:59

Histoire de commencer cette nouvelle année scolaire avec énergie, Etienne Augris se lance sur "Lire Ecouter Voir "dans une petite histoire du rap.

Une histoire en plusieurs épisodes qui retracera les évolutions de ce style musical qui devint à partir des années 70 l'un des grands moyens d'expression et de revendication des communautés délaissées des ghettos noirs des grandes villes américaines.


Nouveauté, cette série d'articles sera aussi disponible en version audio et même podcastable.

Pour découvrir cette histoire:

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans A lire et à voir
commenter cet article

commentaires

etienne 13/09/2008 14:49

Bel aperçu de l'histoire du rap en France.
Je n'aurais pas dit mieux, Richard !
Je prévois d'en parler d'ici quelques semaines.

Mr Tribouilloy 14/09/2008 12:15


Merci, je suis loin d'être un spécialiste de cette musique. Je suis appuyé sur mes souvenir de gamin dans les années 80, sur quelques articles de Technikart et sur l'excellent documentaire d'Ariel
Wizman sur le rap français.
J'attend avec impatience la suite de ton histoire du rap.


Hayette TL 06/09/2008 21:57

trés bon blog sur l'histoire du rap, j'ai eu le droit à l'éssentiel et j'ai pu me remettre en question certaines choses que je croyais savoir. Ce qui m'interesse surtout, c'est l'évolution de cet "art de la rue". En France, nous pouvons nous interesser à l'évolution de l'écriture, aux années 90, et à la place du rap dans les médias....
de Sugarhill Gang en 1979 au US à Kerry James en France aujourd'hui... qu'est ce qui fait l'évolution du rap, de son contenu et de sa médiatisation ??

Mr Tribouilloy 07/09/2008 13:39


Là je laisserai davantage Mr Augris, véritable puit de science sur cette musique repondre au fur et à mesure de son "histoire du rap".

Mais le phénomène en France me semble avoir des points communs avec les Etats-Unis mais avec 10 ans de décallage. Le rap français est né dans les quartiers HLM de banlieue et s'est
développé rapidement car ne nécéssitant pas beaucoup d'instruments de musique ( "un ghettoblaster", c'est à dire un gros lecteur de cassettes portable pour chanter dessus , une vieille platine
vinyl pour faire des scratchs). Dans les années 80 un certain nombre de grandes manifestations et associations (création de SOS racisme, la marche des Beurs, les manifs anti Front
National) vont donner une visibilité au rap qui prend un tour revendicatif. Le ministre de la culture de l'époque Jack Lang fera aussi beaucoup pour que l'on reconnaisse les arts de la
rue (graffitis, rap) comme des pratiques culturelles à part entière en aidant les festival et les associations. 

Dans le même temps le breakdance très spectaculaire devient rapidement populaire notamment grace à une émission de télé animée par le breaker Sidney et où des jeunes venus des cités
s'affontent en dansant. L'image de la culture rap change peu et à peu et commence à attirer les jeunes qui ne vivent pas forcément dans les quartiers de banlieue.

De plus toujours dans les années 80, une loi oblige les radios à diffuser un quota de chansons en français. Or à cette époque notre industrie musicale est mal en point. Ecrasée par la vague
anglo-saxonne, la chanson française est déclinante faute de nouvelles stars, notre rock ne tient pas la comparaison face aux anglais, le hard rock est confidentiel. Pour certaines
radio, et surtout Skyrock qui va devenir le grand promotteur/parrain (au sens un peu maffieux du terme) du genre, le rap qui est de plus en plus populaire et qui est chanté en français va permettre
de remplir les quota tout en ne faisant pas fuir les jeunes. 

C'est le début du succès du rap. Les thèmes de revolte contre la société vont rester, provoquant parfois des scandales (rivalité I AM/ NTM) "sacrifice de poulet" de Ministere Amer. Mais aussi
au grand dam des tenants d'un rap revendicatif  la naissance d'un rap plus poétique (MC Solaar) ou moins violent (Doc Gyneco). Le tout encadré par une industrie du disque et des
radios qui y ont vu la poule aux oeufs d'or.

Le genre est maintenant adulte en France (Joe Starr a 40 ans...), bien installé commercialement et se renouvelle régulièrement. Je dois avouer peu connaître les artistes actuels alors je
laisserai Mr Augris en présenter un bon nombre des plus interessants sur Lire-Ecouter-Voir 

j'espère avoir pu repondre un peu à ta question Hayette