Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 16:17

Au cas où votre moyenne globale, après les épreuves écrites, oscillerait entre 8 et 10, vous pouvez passer l’épreuve dite de "l’oral de contrôle" appelée aussi oral de rattrapage. Vous allez pour cela choisir deux matières à repasser. Comme celles-ci conservent leur coefficient du bac, il convient dès lors de la jouer tactique et de ne pas simplement s’arrêter aux seules notes brutes. En effet, passer de 9 à 12 dans une matière à coefficient 7 rapporte 21 points, là où passer de 6 à 16 dans une matière à coefficient 2 n’en donne que 20… Choisissez donc avec le conseil de vos profs des matières à multiplicateurs élevés où vous pensez bien pouvoir faire mieux à l’oral. Est-ce vraiment la peine de vouloir améliorer un 8 en histoire géo, si toute l’année vous avez péniblement atteint 5 de moyenne…

Chaque matière a ses petites particularités mais l’oral de contrôle fonctionne à peu près toujours de la même façon. En histoire géo, l’épreuve est relativement simple et a été définie par un circulaire ministérielle en 2004: vous allez tirer au sort deux sujets, un majeur, un mineur, comportant à chaque fois une question de géographie et une question d’histoire. Dans un cas l’épreuve majeure est l’histoire, dans l’autre la géographie. Vous choisirez l’un des deux couples de sujets et aurez 20 minutes de préparation.

Les sujets ressemblent à peu de choses près à des intitulés de composition et portent sur des chapitres entiers du programme. Les instructions académiques reçues oralement cette année lors des réunions de concertation en vue des corrections insistent sur le fait que les questions ne doivent pas être accompagnées de documents. Vous allez donc avoir des sujets qui seront de simples intitulés portant sur des questions très vastes. Toutefois comme il semble que ce soit une orientation toute nouvelle qui demande encore à être confirmée et non une obligation inscrite dans les textes, il n'est pas impossible que vous puissiez avoir des documents à commenter et expliquer pour accompagner la question.

Les relations internationales de 1947 à 1991.

Les formes de la puissance américaine.

La colonisation organisation et contestations.

L’Asie, une aire de puissance en expansion.

Des questions mineures peuvent porter sur une sous-partie d’un programme, mais restent toujours assez large.

La France gaullienne.

L’axe rhénan.

La mégalopole japonaise.

La décolonisation de l’Empire français.

Pendant les 20 minutes de préparation, pas d’affolement. Avec 2 questions à traiter vous n’avez pas le temps de rédiger un texte complet avec une introduction ou une conclusion. Il vous faut définir une problématique simple mais éclairante (écrivez la en gros, en haut de votre brouillon, pour ne pas l’oublier) et un plan cohérent avec les principales idées et exemples autour de la question posée. Pas plus, mais surtout pas moins. Vous allez être évalué sur votre capacité à comprendre les grands enjeux du sujet et à les expliquer logiquement et de façon ordonnée.

C’est la raison pour laquelle si vous devez réviser en vue de l’oral de contrôle, vous devez porter une attention toute particulière au plan du cours, car les sujets étant très classiques, ils recouperont forcément le découpage des leçons. Ecrivez gros, prenez plusieurs feuilles et n’écrivez que d’un seul côté en les paginant de façon très visible. Numérotez et espacez votre plan (le surligneur peut être votre meilleur ami), ne mettez que les principales idées pour pouvoir vous retrouver clairement dans vos notes face à l’examinateur.

N’oubliez pas que vous n’avez que 20 minutes de préparation puis encore 20 mn de présentation, cela passe très vite. Surtout avec deux sujets ! N’oubliez pas de préparer les deux. L’examinateur vous expliquera dans quel ordre les présenter. Généralement on commence par l’épreuve majeure, présentation par l’élève puis questionnement. Ensuite on passe à la mineure sur le même canevas. Tant pour la préparation que pour le passage, gardez les 2/3 de votre temps pour l’épreuve majeure, 1/3 pour la mineure. N’oubliez jamais de faire les deux (j’ai l’air d’insister, mais ça arrive chaque année).

Vous allez donc présenter votre sujet. En introduction, relisez le sujet puis présentez votre problématique. Il peut-être intéressant de préciser quelles seront les grandes parties de votre plan. Puis vous pouvez passer à votre plan et au développement proprement dit. L’idéal pour conclure serait de terminer en rappelant quelle a été votre problématique et comment votre démonstration permet d’y répondre. En géographie et pour certains sujets d’histoire, un petit croquis simple que vous complétez devant le jury peut-être un plus, mais n’est nullement une obligation.

Essayez de parler calmement sans vous affoler, en soignant la clarté de votre expression orale et votre registre de langue. N’ayez pas le nez collé sur vos notes mais essayez plutôt de regarder le professeur, vous êtes aussi finalement évalué sur votre façon de présenter votre travail. Soyez clair, simple comme si vous expliquiez quelque chose à un membre de votre famille qui ne connaît rien du sujet (ça peut être au passage un bon test d’entrainement), mais essayez de placer quelques uns des termes de vocabulaire attendus (Triade, interface, Indicateur de Développement Humain, etc…)

L’examinateur va ensuite vous poser quelques questions pour approfondir votre travail. Il le fait, non pas pour vous piéger, mais au contraire pour compléter votre présentation avec des choses que vous auriez pu oublier et que vous pouvez dès lors rappeler ou bien encore pour valoriser vos connaissances. C’est généralement un bon indice pour savoir si vous avez fait une bonne prestation ou pas. Plus les questions sont "pointues" ou abordent des thèmes autres que le sujet principal, plus cela signifie qu’il est satisfait de l’exposé fourni et qu’il veut voir jusqu’où vont vos connaissances. Si par contre il revient sur des grandes généralités et évidences du sujet, c’est que vous les avez oublié dans votre présentation.

Bien sûr, soyez là à l’heure, souriant, poli et aimable avec les examinateurs qui ne sont pas là pour vous torturer et qui font passer à la chaîne tout un tas de candidats sous le chaud soleil de juillet.

Une petite vidéo d’Hugo Billard qui rappelle les principaux conseils pour aborder l’oral au mieux…

Les bons conseils de Bricabraque.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Méthodologie
commenter cet article

commentaires