Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 21:52

Ca y est, le grand moment est passé, ce matin les sujets sont tombés, l’épreuve s’est déroulée. Alors, alors… cette année la question dominante est en histoire. Pas de mauvaises surprises, les sujets sont assez larges, reprenant parfois les intitulés de chapitres entiers et ne recèlent aucun piège véritable.

 

Par contre, ça fait toujours plaisir de voir que les commentaires des correcteurs de l’année passée n’ont absolument pas été pris en compte par les concepteurs de l’épreuve. Revoilà donc les sujets sur papier jaune poussin, y compris les fonds de carte qui, comme il se doit, occupent à peine les deux tiers de la page et ont été parfois livrés avec des taches d’encre.

 

Pour l’instant étant de surveillance à Pablo Neruda toute la journée, j’ai pu récupérer un sujet de S mais pas ceux de ES/L. Alors voici quelques pistes de correction à chaud sur les sujets d’abord les compositions, demain j’aborderai les études de documents et les croquis :

 

Sujet I. Composition : La guerre froide (1947 – 1991)

 

Un sujet à la fois simple et surtout extrêmement vaste puisqu’il englobe le terme guerre froide sous son acception la plus large c'est-à-dire l’ensemble de l’affrontement entre le bloc soviétique et le bloc américain, depuis la grande rupture après l’alliance de la guerre contre l’Allemagne nazie à la démission de Gorbatchev et à la désintégration de l’URSS.

La principale difficulté de la question repose justement sur le gigantisme de celle-ci, surtout qu’aucune chronologie ne vient l’aider. C’est notamment parce que la périodisation de ces 44 ans va s’avérer un point important de la composition. Le risque est donc de finir par s’égarer à force de vouloir parler de tout, d’où l’importance de bien structurer son plan.

La problématique va mettre l’accent sur le fait que cette guerre est dite froide parce les deux camps refusent l’affrontement direct et choisissent des voies détournées pour rivaliser et imposer leur modèles.

 

Voici une proposition de plan :

La constitution de deux blocs antagonistes

Deux modèles face à face : démocratie et capitalisme contre dictature du prolétariat et collectivisation

Les armes d’un affrontement feutré : l’équilibre de la terreur rapidement atteint d’où nécessité d’agir de façon indirecte : propagande/ espionnage / utilisation du sport comme symbole / course à l’espace et bien sûr intervention par pays interposés.

La constitution des blocs : Les doctrine Truman/Jdanov marquent le fait qu’Etats Unis et URSS vont chercher à gagner le monde à leurs causes, conquerir les esprits. OTAN/ Pacte de Varsovie – Plan Marshall contre COMECON – Radio Free Europe contre Kominform

 

 

L’affrontement majeur (1947 -1975)

La rupture de l’alliance (56- 53) : Non respect des clauses de Yalta par les soviétiques notamment sur le respect d’élections libres dans les pays qu’ils contrôlent –  Rideau de Fer – Cristallisation de la tension à Berlin puis en Chine et en Corée

 

Une fragile co-existence pacifique (56 - 62) : Amélioration des relations en apparence après la mort de Staline, les américains n’interviennent pas en 56 en Hongrie. l’URSS progresse  (Spoutnik et Gagarine, Révolution à Cuba) mais montre aussi les limites de son système en commençant à se brouiller avec la Chine et en construisant le mur de Berlin. Point culminant la crise des missiles.

Une détente qui masque mal la rivalité (62 – 73) : Téléphone rouge et désarmement qui marquent une baisse de la tension nucléaire mais la guerre du Vietnam ou la progression du communisme dans les pays nouvellement décolonisés en montrent les limites.

 

De Deux Superpuissances à un Nouvel Ordre Mondial ? (73 -91)

Les Etats-Unis affaiblis face à une URSS en apparence triomphante. (73-79) Crise économique touchant le modèle capitaliste, défaite au Vietnam, Watergate, les Etats-Unis doutent et semblent reculer alors que l’URSS bien que minée à l’intérieur par la corruption et la bureaucratie triomphe dans le monde jusqu’en Afghanistan. De nouvelles menaces apparaissent (islamisme iranien) remettant en cause le modèle simple des deux blocs.

La guerre fraîche (79-85) retour des tensions, « America is Back » de Reagan face à la crise de succession de Brejnev. Crise des Euromissiles, projet IDS, accrochages entre avions de chasses soviétiques et américains en Asie (affaire du boeing sud-coréen abattu par erreur par un mig soviétique croyant avoir à faire à un avion espion américain) On frôle de nouveau la guerre nucléaire à plusieurs reprises. Avec l’arrivée de Gorbatchev et la catastrophe de Tchernobyl les carences du système soviétique apparaissent au grand jour.

Les tentatives de reforme de Gorbatchev (85-89) : Perestroïka, Glastnost d’où une nouvelle détente avec les Etats Unis car l’URSS à besoin de son aide financière.

 La fin de la troisième guerre mondiale ? (89-91) : L’effondrement de l’URSS et le triomphe des Etats-Unis. Chute du mur de Berlin puis désintégration de l'URSS pendant que les Etats-Unis mènent la coalition dans la première guerre contre l’Irak où ils lancent l’idée de Nouvel Ordre Mondial

 

 

Bon je fais plus court pour le suivant

Sujet II Composition :La France dans le monde sous la Vème république

 

Un sujet plus difficile car c’est un chapitre que nous avons vu rapidement en fin d’année notamment au travers de photocopies. Attention au hors sujet toujours possible, pas de questions purement politiques ou économiques.

 
La chronologie est un peu courte mais aborde clairement les trois thèmes à développer : la France et ses colonies, la France dans la guerre froide et face à la puissance américaine et enfin la France dans la construction européenne. C’est donc la place même de notre pays qui passe du statut d’immense empire colonial à celui de puissance moyenne qui se cherche au sein du grand ensemble européen.

Plusieurs possibilités s’offrent à nous un plan chronologique qui développerait les grandes phases de l’évolution de notre pays ou un plan thématique autour de ces trois thèmes centraux :

 

I De l’Empire à la coopération

A. la liquidation de « l’épine dans le flanc » de la France : La décolonisation après la  2nde guerre mondiale L’Indochine l’Algérie, L’Union Française puis la Communauté française.

 

B. La mainmise de la France sur l’Afrique : liens économiques, franc CFA, soutien à des régimes amis pas toujours très démocrates (Tchad, Gabon, Togo…), présence militaire qui entraîne l’intervention régulière de l’armée pour garantir nos intérêts vitaux (Centrafrique, Tchad, Cote d’Ivoire). Une présence en déclin.

 

C. Une présence dans le monde toujours importante : 6ème puissance économique, Francophonie, vaste Zone Economique Exclusive, DOM TOM.

II Une position particulière sur la scène internationale

A. Le choix du camp occidental La IVème  République est clairement atlantiste. Exclu de Yalta-Potsdam mais occupation de l’Allemagne. Reconstruction, Plan Marshall, entrée dans l’OTAN, Recul à Suez face aux injonctions américaines

 

B. De Gaulle et une certaine idée de la France. Dans le camp occidental mais indépendance nucléaire et sortie de l’OTAN. Politique poursuivie par ses successeurs. Crise des Euromissile où Mitterrand rappelle toutefois que la France est dans le camp occidental. L’indépendance française et le multilatéralisme défendu par Chirac. Opposition française à la 2ème guerre du Golfe.

 

C Le retour au bercail depuis l’élection de Sarkozy. Rapprochement avec les Etats-Unis. Retour dans l’OTAN. La France se redéploie

 III) L’engagement européen

A. Un fondateur et un moteur : construction européenne, couple franco allemand, la France bâtit son renouveau économique sur l’UE (notamment la PAC)

 

B. La France place ses espoirs dans l’Europe et accepte de transférer une partie de ses compétences. Parlement européen élu par le peuple, monnaie commune, volonté de construire une armée commune, une politique étrangère commune.

 

C. Mais parfois aussi des ratés : opposition de Gaulle à l’entrée de la Grande Bretagne dans l’UE, refus du traité constitutionnel en 2005, désenchantement de la population face à une Europe mal comprise et mal expliquée. Elections européennes qui passionnent peu

 

La suite demain... et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Bac 2008
commenter cet article

commentaires

CARL 27/08/2008 18:54

Un petit toilettage à faire par ici
sinon, c'est génial.
Bravo pour tout ce travail
et bon courage pour la rentrée.
cjl Lycée Dessaignes Blois

Mr Tribouilloy 27/08/2008 23:50


Ouh la oui, les corrections express ont été faites très vite dans la foulée des épreuves, pour essayer de renseigner et rassurer les candidats après les examens. Elles ont été faites un peu
vite sur le mode "premier jet" il doit rester pas mal de coquille et de fautes. De plus je travaiklle sous Firefox et je me suis apperçu que sous internet explorer il pouvait rester des problèmes
de code html lié au copié/collé depuis word.

En tout cas merci pour les encouragements et bonne rentrée aussi sur les bords de Loire !


Hogo1234 20/06/2008 12:11

Alors vous en pensez quoi ? J'ai peur de trois choses: ce n'est pas un plan chronologique , le traité de Rome de 57 au lieu de Maastricht et enfin la crainte que ce soit trop géographique.

J'attends avec impatience vos commentaires. Merci

Mr Tribouilloy 21/06/2008 12:01


C'est pas mal du tout avec beaucoup de précisions intéréssantes Une ou deux remarques sur des points de détails. Mitterand s'est prononcé de façon favorable à l'installation de nouveaux missiles
américains en Europe. De même la plupart des grands programmes de réarmement dont la bombe atomique n'ont pas été lancés par De Gaulle mais bien par la IVème république. De Gaulle n'a fait
qu'accentuer se mouvement et les placer de façon indépendante des Etats-Unis. De même  le fait que la Chine nous soit passé devant en tant que puissance économique (de même que la Grande
Bretagne et depuis cette année l'Allemagne) vient non pas de nos hypothétiques caisses vides mais surtout du fait de la difference de poids démographique entre 1,3 milliards de chinois et 63
millions de français.

De même peut-être évacue tu un peu vite toust le problème colonial et les relations très particulière de coopération parfois teintées de néo colonialisme avec l'Afrique.
En tout cas la dernière partie même si elle est telle qu'elle en effet plus géographique reste parfaitement cohérente avec le sujet. Franchement voilà un devoir qui me semble plutôt pal mal
parti...



Hogo1234 20/06/2008 12:09

Personnellement, moi je suis parti de De Gaulle qui voulait une politique indépendante de la France pour bâtir unbe puissance qui n'était batie que sur les colonies

I. Une politique d'indépendance idéologiique et stratégique pour exister et rayonner

1. Une indépendance stratégique basée sur la disuasion: nucléaire, satellites d'espionnage, acquistion d'un nouveau sous-marin,..
2. Une indépendance stratégique basée sur la force de l'héritage de l'empire colonial: ZEE (on pouvait faire un croquis montrant la ZEE française) - la Communauté Française - retrait du haut comandement de l'OTAN - siège au conseil de l'ONU (que la France veut réintégrer aujourd'hui)
3. Une indépendance idéologique:
Voyages de De Gaulle dans les pays de l'est pour critiquer le bloc URSS, critique de bloc US
VGE en faveur de la Palestine, Mitteran contre les euromissiles, Chirac contre la guerre en Irak
Seul hic aujourd'hui: Sarkozy et son rapprocheemnt avec les USA

Dans le contexte de mondialisation, la France a vite compris qu"elle n'aurait pas la puissance escomptée, elle va donc faire le choix de L'Europe.

II. L'Europe ou une nouvelle intégration à son rang de puissance

1. Le choix européen (seul hic moi j'ai mis le Traité de Romme alors que c'est hors limitres chronologiqsues) il fallait mettre le traité de MAASTRICHT, grande puissance à l'echelle europénne, dynamique, imposante ( 65 millions d'hablitants, croissance démo) Attention: ne pas trop développer sinon ça devient de la géographie!!!!

2.Elargissement de l'Europe et Intégration de la France
Dans une Europe à 27 , place prépondérante de la France qui s'est batie avec l'axe franco allemend ( Mitterand-Kohl, Chirac-Schoreder) on pouvait aussi citer Sarkozy qui s'est rendu le lendemenain de son élection voir Angela Merkel
Intégration car un profond investissemnt de la France dns cette Europe: à l'origine de la citoyenneté européenne (Parlement européén, Traité simplifié de sarkozy) et égalemnt dans les partenariats mondiaux vac l'alliance Euromed prônée par sarkozy cet été
Dire aussi que la France est critiquée pour so déficit punblic : abbaissemnt de sa puissance qui la conduit à n'être qu'une puissance "morcelée=

III.Une présence de cette France dans un monde multipolaire tout de mêm non négligeable

1.Une présence économique
FMI: DSK président et France fondateur de GATT
Grande puissance exportatrice
Fait partie du G8 et du Club de Paris
Une présence écomomique dans le solidarité: Taxe sur les billets d'avuons de jacques Chirac pour les pays en développement (cet exemple vous relie au sujet de la V rép.)

2. Une présence politique et militaire
politique car Paris ville globale, Strsbourg parlement UE, UNESCO à Paris, ZEE de 10 M de km² et Communauté Française de DG - Siège au Ceil de Sécurité
militaire: conflits qui concernet la France + sarkozy: hausse des troupes en Afghanistan (croquis sur les différents conflits)

3. Un présence culturelle
l'alliance française, les droits de l'homme, la francophonie, le droit d'ingérance humanitaire de Kouchner: symbole des droits de l'homme, france de luxe, grande gastronomie qui va être inscrite au patrimoine de l'humanité et la présence de l'exception française, démentie par le Time en mai dernier mais qui s'est réaffirmé avec les oscars et la plame d'or pour le français.

CCl: ouverture: La france pouura t lle maintenir un aussi grande puissance alors qu'elle est menacée d'être rattrapée par les pays comme la Chine qui investissemnt des milliards pour nous doubler (millairds que la France n'a pas: les caisses sont vides !!!!)

stephane 18/06/2008 20:48

salut,
pour la composition II, il semble manquer une (sous)partie sur l'aspect économique - "une puissance éco. moyenne"

Mr Tribouilloy 18/06/2008 23:02



Certes c'est vrai mais le problème c'est quoi dire dans cette partie une fois qu'on a dit qu'on était une puissance moyenne. La situation économique de la France n'est pas au programme de terminale
à moins d'avoir de bonnes connaissances personnelles on risque d'être vite un peu sec. Je pense qu'il vaut mieux le grouper avec sa place au G8, son rôle culturel comme la Francophonie sa situation
dans la triade et  ses réussites technologiques parmi une partie ou une sous-partie plus générale qui détaillerait l'état actuel de la puissance moyenne française (A ceci près aussi qu'on
n'est plus en histoire mais en géo dans ce cas.)

Dans ma proposition de plan (qui n'est pas la seule possible) je le glisse à la fin de la première partie comme une sorte d'héritage du temps de sa splendeur industrialo-coloniale quand au milieu
du XIXème siècle la France pouvait encore se targuer d'être la 2 ème puissance mondiale après la Grande Bretagne. Mais je reconnais que c'est discutable.


Maxime R 18/06/2008 20:08

Comme beaucoup de monde, j'ai choisi le sujet sur la Guerre Froide. Voici mon plan :

Introduction évoquant la chute du nazisme et la victoire de deux camps : les USA et l'URSS. Les deux camps ont des visions du monde différentes et les tensions idéologiques commencent à apparaître.
Quelles sont les grandes phases de la Guerre Froide ?
Annonce du plan

I)Deux grands vainqueurs de la WW2 qui ne peuvent pas s'entendre

1 - Le monde en 1947
- L'Allemagne (j'ai joint un petit croquis de l'Allemagne divisée entre URSS FR GB et USA)
- Le début des tensions entre URSS et USA car URSS mécontent du partage de Berlin, blocus de Berlin.

2 - Chacun doit choisir son camp
- doctrines Jdanov/Truman.
- description des 2 visions du monde, les blocs se constituent, "lancement d'une guerre de propagande".

II)De la Guerre Froide à la détente

1 - la guerre de propagande
- description des moyens de propagande russes (défilés, mythe, culte du chef) et américains (radios, exportation de produits), conquête de l'espace.

2 - des affrontements armés dans le monde entier
- évocation des conflits (Chine, Corée, Budapest, Viêt-Nam, crise des missiles) sous le régime de M.K.

3 - Le temps de la détente
-(je n'ai pas évoqué la coexistance pacifique), voyage de M.K. aux USA : "le meilleur gagnera pacifiquement".
- Jugé trop pro-américain, M.K. est remplacé par Breijnev : "on ne change rien", Gosplan, régime déjà corrompu.

III)Du regain des tensions à l'explosion de l'Union Soviétique (80-91)

1 - Régime communiste miné de l'intérieur
- population qui n'y croit plus et URSS qui redevient très répressive.
- Gorbatchev demande aux militaires de se révolter contre leurs chefs puis il arrive au pouvoir.

2 La politique de Gorbatchev
- Gorbatchev négocie des aides financières avec les USA après avoir donné un petit peu plus de libertés au peuple.
- Les soviétiques commencent donc à se révolter mais Gorbatchev ne veut pas faire intervenir l'armée sous peine de rupture des négociations.
- chute du mur de Berlin en 89, les états de l'Union Soviétique prennent petit à petit leur indépendance > la politique de Gorbi pour relancer le pays échoue puisqu'elle mène à l'explosion de l'Union Soviétique (évocation de la caricature vue en cours mettant en Scène Gorbi plantant une plante)

-Conclusion
-Ouverture : Le monde entier pensait voir la paix revenir à la fin de la Guerre Froide. Il n'en est rien : tensions et guerres entre les anciens pays de l'Union Soviétique/d'Amérique du Sud (tensions internes) et arrivée d'une nouvelle menace : le terrorisme islamiste.

J'ai eu beaucoup de mal à me souvenir de la plupart des dates, le plan en lui-même est bien mais le contenu semble manquer de détails.

Mr Tribouilloy 18/06/2008 22:49


Et bien en tout cas ça me parait pas mal tout ça à première vue, même si sur la fin tu semble développer peut-être un peu plus l'URSS que les Etats-Unis. De toute façon on ne peut pas tout mettre à
moins de faire une compo de 250 pages. Donc il vaut mieux choisir quelques évenements clés particulièrement représentatifs et montrer en quoi ce sont des bons exemple de cet affrontement indirect.
Le devoir se prête bien aux petits schémas explicatifs, ton ouverture est efficace. A première vue ça me parait de la graine de bonne note ...
Bien joué Maxime.