Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 20:15


Un travail réalisé par Elodie Gauthier et Guillaume Delaubert (TSSI)

Mars.jpgMarcher sur Mars a toujours été un rêve. Après la conquête de la Lune, celle de Mars devient un enjeu majeur des Etats-Unis. L’espace représente une interface essentielle dans les relations internationales, y compris dans une éventuelle guerre moderne.


L’exploration de Mars a déjà été engagée à la fin des années 90. La NASA lance en 1996 le premier robot sur Mars (c’est la mission Pathfinder), et en 1999, une sonde qui cartographie la planète. Ces appareils font état d’une planète chaude et humide, mais qui ne présente pas d’eau à l’état liquide. A l’aube du 21ème siècle, trois missions ont été menées dans le but de mieux connaître Mars : des sondes en orbite et des robots ont révélé que de l’eau liquide avait existé à la surface de Mars.

 
Un nouveau projet, Mars Direct, a été lancé par la NASA dans le but d’envoyer un équipage humain sur Mars. L’ingénieur Robert Zubrin propose d’envoyer tout d’abord un module automatique destiné à produire les différents éléments nécessaires à la vie humaine sur la planète rouge, et au retour de l’équipage sur Terre. Une unité d’habitat sur Mars y serait ensuite envoyée (6 mois de voyage avec escale sur la Lune) avec un équipage de 4 à 6 personnes.

L-Espace--enjeu-de-la-guerre-moderne.jpg

Guerre moderne vue de l’espace, considéré comme lieu de relations internationales.

Ce projet est représentatif de la superpuissance américaine. Le montant de cette mission est de 30 à 35 milliards de dollars. Un projet de cette envergure nécessite des technologies de pointe, découvertes à ce jour, mais maitrisées uniquement par les Etats-Unis. Ils bénéficient d’une industrie efficace qui produit à moindre coût des technologies avancées. R Zubrin propose que cette entreprise soit menée non pas par la NASA, agence gouvernementale, mais par des industries privées. Les grands groupes américains sont très dynamiques et prêts à investir beaucoup dans ce genre de projet. Un super prix de 20 milliards de dollars serait versé à l'organisme privé qui réussirait l'atterrissage sur Mars d'un équipage en le ramenant vivant après la mission.

Mars-Colonisation.jpgReprésentation artistique de la conquête par l’Homme de Mars( base futuriste, on remarque le logo de la NASA inscrit sur la façade )
Enfin, cette mission susciterait l’intérêt du monde entier, et ne ferait que réaffirmer le prestige des Etats-Unis. Ils espèrent ainsi relancer une coopération internationale autour d’un projet important, tout en apportant un nouveau témoin de leur suprématie financière et diplomatique.

--------------------

Un article intéressant quoiqu'un peu succint sur la question. Il est dommage que l'on n'y trouve ni sources, ni sites de référence précis. c'est ainsi que les images restent terriblement peu précise quand à ce qu'elle décrivent réellement.

Pour en savoir plus sur le programme martien américain, on peut aller visiter le site de la NASA avec des photographies et des vidéos de la planête rouge ainsi que les étapes du programme. Comme cette question anime tout un tas de passionnés d'astronomie dans le monde, on ne manque pas de données et de sites qui s'y intéressent. Le réseau martien par exemple fait le point sur tout ce qui touche la planête rouge.

undefined

La mission telle que la Nasa commence à l'envisager: 30 mois de voyage tout de même (source :le réseau martien.)


Les américains envisagent notamment pour 2020 la construction d'une base lunaire où l'absence d'atmosphère et la faiblesse de la gravité permettrait de faciliter l'envoi de "gros cargo" sur Mars. C'est un budget gigantesque qui doit être mis sur la table ce qui en ces temps de crise économique est plutôt surprenant. Pourtant l'aspect politique d'une telle opération est évidente. Jusqu'à présent seuls les américains ont réussi à poser le pied sur notre satellite marquant à l'époque leur supériorité technique pendant la guerre froide. De nos jours l'enjeu politique, s'il n'est plus le même, reste quand même important. Un impact intérieur tout d'abord, en effet, le président Bush  a besoin de redorer un peu son image et de faire rêver une nation américaine engluée dans deux guerres exterieures et où les difficultés internes révélées par l'Ouragan Katrina et la crise économique actuelle ont mis à mal le moral du pays.
De même la NASA qui stagne technologiquement depuis les accidents mortels de 2 de ses navettes spatiales cherche à se redonner un nouveau souffle.

C'est d'autant plus facile que personne ne peut rivaliser avec elle pour l'instant dans ce domaine.L'alliance (sous la direction américaine) semble être le meilleur moyen d'arriver à un tel résultat. Les russes sont techniquement au point mort depuis 20 ans, les européens qui ont pourtant la technologie n'ont même pas été fichus de se mettre d'accord et surtout de mettre l'argent sur la table pour envoyer un homme dans l'espace, se contentant de capitaliser sur la réussite financière qu'est Ariane. Il existe bien un vague projet Aurora d'envoi d'européens sur Mars pour 2030, mais il ne rencontre guère d''écho. Quand aux chinois, même s'ils mettent les bouchées doubles pour des raisons de prestige à la conquête spatiale, ils viennent tout juste d'envoyer leur premier taikonaute dans l'espace.

Certains observateurs voient même dans cette annonce un moyen pour les Etats-Unis de pousser la Chine à engloutir des sommes colossales pour rattraper son retard, ce qui pourrait freiner son essor économique. N'oublions pas que dans les années 80, les américains avait lancé l'dée de l'Initiative de Defense Spatiale, un réseau de satellites équipés de lasers et capables de détruire des fusées nucléaires en vol. Les soviétiques s'étaient littérallement ruinés à essayer de faire la même chose. Et ce projet qui
en définitive ne vit jamais le jour contribua néanmoins à l'effondrement du système soviétique. Georges Bush qui a déjà par le passé tenté de brandir le projet d'un nouveau réseau de satellites antimissiles, aurait-il avec son projet pharaonique l'intension de pousser la Chine à la faillite ?

Le budget calculé par les spécialistes tournerait à 600 milliards de dollars (alors que la NASA fonctionne avec une ligne budgétaire de 12 milliards de dollars par an) alors que le remplacement des navettes spatiales dont la technologie a montré ses limites après l'accident de Columbia en 2003 n'est pas encore fait. Mais cette manne financiére pourrait aussi profiter à toutes les entreprises qui travaillent en sous traitance pour la NASA et permettre par le biais de cette subvention déguisée de relancer l'économie américaine essoufflée. Pour compléter, un excellent article sur le sujet.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Etats-Unis
commenter cet article

commentaires

Gilles Labruyere 20/03/2010 15:46


Juste par souci de précision : le satellite en photo avec la Terre en arrière plan est ENVISAT, de l'Agence Spatiale Européenne, lancé en 2002, toujours en activité, satellite d'observation de la
Terre, en particulier de la chimie de la haute atmosphère. Il n'a donc rien à voir avec l'exploration planétaire.
Bonne continuation à vous,
Gilles Labruyère