Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 23:40
Après la capitulation « sans condition » du Japon le 15 août 1945, les alliés décident de juger les responsables japonais sur le modèle de Nuremberg. De mai 1946 à novembre 1948, le tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient composé de 11 pays vainqueurs mais largement dirigé par les Etats-Unis va traduire en justice les dignitaires impériaux japonais. La conquête japonaise de l’Asie et du Pacifique ayant été extrêmement brutale, les prisonniers et les populations civiles ont été traités très durement faisant plusieurs millions de victimes (exécutions sommaires, pillage économique, travail forcé...)

 

28 personnes sont jugées. Ce sont surtout les ministres et les généraux de haut rang qui sont poursuivis dont le premier ministre : le général Tojo à peine remis d’une tentative de suicide après avoir du accepter la capitulation. L’empereur Hiro Hito pourtant souverain suprême du pays n’est pas poursuivi et reste même au pouvoir. Il doit juste renoncer à son caractère divin et accepter une monarchie constitutionnelle, en effet le général Mac Arthur qui commande les forces américaines au Japon craint de voir le pays s’embraser de nouveau si on touche à la figure de l’empereur.

 hirohito.jpegmacarthurHirohito.jpg

L'empereur Hiro Hito en habits d'apparats et avec le général Mac Arthur en 45

 

Parmi les principales accusations.

Crime contre la paix : L’invasion de la Chine en 1937 pour conquérir la Mandchourie ou l’attaque surprise de Pearl Harbour et de manière générale le militarisme nippon sont traités comme une volonté délibérée de provoquer la guerre.
 tojo.jpg
Le premier ministre Tojo lors du procès

Le massacre de Nankin.
Le Japon envahit la Chine du Nord en 1937. Arrivée à Nankin, l’ancienne capitale impériale, l’armée japonaise se livre à un massacre en règle de civils : de 150 000 à 300 000 personnes sont exécutées dans des conditions atroces (femmes violées, hommes suppliciés, enfants enterrés vivants). La ville est mise à sac et brûlée. Le massacre de Nankin sera le seul crime de guerre traité séparément des autres par le Tribunal de Tokyo. Le général Iwane Matsui sera condamné à mort pour ne pas avoir empêché le carnage commis par les troupes placées sous son commandement. C’est resté un sujet de contentieux jusqu’à nos jours entre la Chine et le Japon.
 

Le trafic de drogue comme arme de guerre :
les japonais sont accusé d’avoir organisé un trafic d’opium dans toute l’Asie pour affaiblir la Chine. Effectivement c'est à la cour même de l'empereur que des nobles de haut rang ont pris le contrôle du trafic d'opium, très important en Asie et l'ont utilisé comme moyen "d'abrutir" les forces ennemies (c'est le sujet de l'album de Tintin "Le lotus bleu" dessiné dans les années 30)


L’unité 731. Entre 1936 et 1945, à proximité de Harbin, en Mandchourie, une unité spéciale de l’armée japonaise, sous la direction du général Shiro Ishii, se livra à des expériences de guerre bactériologique et à des vivisections sur plus de trois mille personnes (pour la plupart des civils chinois mais il y eut aussi des prisonniers occidentaux). L’« unité 731 » a mis en pratique certaines de ses découvertes dans la région de Nankin, en propageant des épidémies à travers l’eau des puits. Rapidement évoqué pendant le procès, la question est passée sous silence assez vite. En effet après la défaite, les Américains accordèrent l’impunité au général Ishii en échange du résultat de ses travaux. Plusieurs de ses collaborateurs ont poursuivi des carrières dans de grandes entreprises pharmaceutiques japonaises
 
 
Les femmes de réconfort. Non évoqué lors du procès. La découverte de documents des archives militaires établissant la responsabilité de l’armée dans l’organisation de cette « traite » de 200 000 Asiatiques, en majorité coréennes, destinées aux bordels militaires de l’armée impériale entre la fin des années 1930 et la défaite de 1945, a contraint le gouvernement à reconnaître les faits en 1992. Depuis, les victimes demandent des dédommagements à l’Etat japonais, qui rejette ces requêtes, faisant valoir que la question des indemnités de guerre a été réglée. Une fondation a néanmoins été créée pour leur venir en aide.

L'article de wikipedia qui détaille ce douloureux sujet :


ph994070.jpg
 


Le verdict ne retient que 7 condamnations à mort dont Tojo, les autres n’écopant que de peines de prison à perpétuité. Ils seront même libérés au milieu des années 50. Pourquoi une telle mansuétude ? Parce qu’entre temps la donne internationale a changé et que le nouvel ennemi est communiste. Le Japon d’après guerre pourrait être tenté par le modèle soviétique et les américains voient dans la classe dirigeante impériale les garants de la lutte contre la menace communiste. C’est pourquoi les crimes de nombreux anciens dirigeants ont été sciemment oubliés et beaucoup seront repêchés après une petite peine de prison. Ils vont presque tous jouer des rôles importants dans la reconstruction du Japon après guerre et manifester un anticommunisme virulent.
 

Pour compléter, un article du site 39-45.net sur la seconde guerre mondiale qui détaille ce procès

Il n’y eut donc quasiment pas d’épuration au Japon, on est loin de la dénazification allemande. Avec le traumatisme d’Hiroshima et Nagasaki, beaucoup de japonais considèrent que leur pays a d’abord été victime et non responsable de la guerre. Cela n’est pas sans conséquence puisqu’on assiste depuis une dizaine d’année à une relecture par la droite nationaliste japonaise de la guerre, niant les crimes de Nankin ou les femmes de réconfort et glorifiant la conquête japonaise comme une lutte contre les colonisateurs européens ou comme ayant apporté le progrès au reste de l’Asie.
art7935-3.jpg

Un manga révisioniste de Yoshinori Kobayashi. La traduction du texte "Il faut applaudir l’armée japonaise qui a donné une leçon à ces blancs racistes européens et américains qui ont colonisé l’Asie de l’Est et qui considéraient les races colorées comme des singes".


On voit ainsi le premier ministre japonais au temple de Yasukuni, mémorial très contesté car très nationaliste des soldats japonais morts pour la patrie. Des mangas révisionnistes exaltant « le nouvel orgueil » ou les tentatives pour modifier les manuels scolaires parlant des crimes de guerre ont été l'objet de polémiques régulières.

yasukuni.jpgyasukuni-displayroom-tojo.jpg

Le temple de Yasukuni dédiés à tous les soldats morts pour la patrie.


D’où des tensions avec la Chine et la Corée principales victimes de l’expansion japonaise, même si celles-ci se sont parfois aussi servies du souvenir des exactions pour faire pression sur le gouvernement nippon. Ainsi en 2005 des émeutes anti japonaises dénonçant l’impérialisme du pays du soleil levant eurent curieusement lieu dans les grandes villes chinoises au moment où paraissait un manuel scolaire minimisant les atrocités commises par le Japon pendant la seconde guerre mondiale. Cela fragilisa particulièrement le Japon qui était en train de négocier avec l’ONU le droit pour son armée de participer à des interventions hors de son territoire, ce qui lui avait été interdit par la capitulation de 45, ainsi son éventuel accès comme membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU.

Un article relatant ces manifestations antijaponaises

chine-etudiants.jpg
(source RFI)

Comme quoi 60 ans après l’histoire reste un enjeu politique.

(sources : 39-45.net /Encyclopedia Universalis/ RFI /le monde diplomatique et... chut ne le dites pas trop fort, un site sur les jeux vidéo japonais pour trouver l'extrait de manga revisionniste...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Tribouilloy - dans Le monde en 45
commenter cet article

commentaires

Elodie 26/10/2009 01:15


Merci pour cet article clair et concis qui m'a aidée pour mon sujet de TPE. Je trouve cela assez dommage que les cours d'histoire-géo se concentrent essentiellement sur l'histoire occidentale, et,
en ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale, sur le procès de Nuremberg. Encore merci et bonne continuation.


Mr Tribouilloy 26/10/2009 10:04


On a tendance à se concentrer sur notre partie du monde, c'est aussi pour cela que l'histoire de l'Asie est moins souvent abordée.

En tout cas je suis heureux que cet article puisse t'aider pour ton travail. Bonne chance pour tes TPE.